Karim Kacel : " On stigmatise trop l'horreur ! "

Karim Kacel

Après avoir tourné trois ans avec un spectacle qui rendait hommage au répertoire de Serge Reggiani, l'artiste est de retour avec un nouveau disque "Encore un jour". L'occasion de faire le point sur ce qui l'inspire, l'émeut et le désole. Ses textes forts, ciselés, sa voix puissante et sans effet continuent de séduire les amateurs les plus exigeants de la chanson francophone.

dans
Dans l'ouvrage "Un gamin d'Banlieue" de Gilbert Jouin ; aux éditions Alban (2008)

 Jean-Michel Boris, directeur de l'Olympia, disait de lui : "Pour moi, Karim Kacel présentait tous les arguments pour être une vedette. Il chante bien, il écrit bien, il occupe remarquablement la scène. Vocalement et rythmiquement, c’est un mec qui balance. C’est pourquoi je n’ai pas hésité une seconde à lui faire faire l’Olympia. Et, en collaboration avec son producteur de l’époque, Claude Fournier, nous lui avons permis de passer en vedette pour trois soirées en février 1988. Karim est un garçon vraiment attachant, honnête et droit. J’ai beaucoup de sympathie et d’admiration pour lui. J’estime qu’il n’a pas fait la carrière qu’il méritait de faire. Je sais que le spectacle piano-voix qu’il a récemment donné au Kiron Espace était absolument superbe."