Kirk Douglas, 100 ans de courage et d'émotions

Star ayant travaillé avec les plus grands metteurs en scène de son temps, Kirk Douglas n'a jamais oublié qu'il a grandi <em>"dans une pauvreté abjecte "</em>
<div class="copy-paste-block"> </div>
Star ayant travaillé avec les plus grands metteurs en scène de son temps, Kirk Douglas n'a jamais oublié qu'il a grandi "dans une pauvreté abjecte "
 
(Photo Matt Sayles/Invision/AP)

La dernière légende du cinéma fête ses 100 ans. L'étoile du cinéma hollywoodien,
dont la carrière fut éblouissante, aura fait preuve, sa vie durant, d'un étonnant flair dans le choix de ses rôles et d'initiatives citoyennes généreuses.

dans


Une fois n'est pas coutume, la presse mondiale est à l'unisson de l'événement :

C'est que l'acteur aura traversé la seconde moitié du XXème siècle en endossant parmi les plus beaux rôles de l'âge d'or hollywoodien.

Son secret ? Il est simple. L'amour. L'amour du métier d'acteur et l'amour qu'il vit avec sa femme, Anne Buydens, sa seconde épouse,  une gamine de 97 ans. La

Kirk Douglas avec sa femme Anne Buydens, le 5 décembre 2014
Kirk Douglas avec sa femme Anne Buydens, le 5 décembre 2014
(Photo by Matt Sayles/Invision/AP)

Belgo-Américaine dit de sa légende de mari : "Vivre avec mon mari, c'est comme être dans un beau jardin près d'un volcan qui peut entrer en éruption à tout moment". Et pour expliquer le secret d'une telle longévité, l'acteur se fait philosophe : "On me demande toujours des conseils sur comment vivre une vie longue et saine. Je n'en ai aucun, affirme-t-il. En revanche, je pense que nous avons tous une raison d'être là. J'ai été épargné dans un accident d'hélicoptère et après une attaque cérébrale pour pouvoir faire davantage de bonnes choses dans ce monde avant de le quitter. J'ai eu la chance de rencontrer la femme de ma vie il y a 63 ans, et je pense que notre merveilleux mariage et nos discussions nocturnes m'ont aidé à survivre à toutes sortes de choses".

Kirk Douglas, fils d'immigrés russes


Kirk Douglas, de son vrai nom Issur Danielovitch, est fils d'immigrés russes analphabètes. L'enfant pauvre s'est battu farouchement, sa vie durant, pour arriver

En 1996, Steven Spielberg remet un Oscar honorifique à Kirk Douglas
En 1996, Steven Spielberg remet un Oscar honorifique à Kirk Douglas
(capture d'écran)

au sommet. Et y rester. Il a fait ses classes à l'Académie d'art dramatique de
New York.
Le Champion (1949) lui a valu la première de ses trois nominations comme meilleur acteur aux Oscars, un prix qui lui a toujours échappé, mais que son fils Michael a décroché pour Wall Street (1987).
Son nom figure au générique de 80 films, dont 20 000 Lieues sous les Mers, Les sentiers de la gloire, Paris brûle-t-il ?,  Règlement de comptes à O.K. Corral, La vie passionnée de Vincent Van Gogh ou Sept jours en mai.

Trump comparé à Hitler

Hors de question pour la légende de voir passer les jours sans réagir quand l'occasion se présente. L'une de ses dernières sorties, fameuse, concernait Donald Trump alors en campagne électorale. "Il y a quelques semaines, nous avons entendu des mots en Arizona. Ils ont glacé le sang de ma femme Anne, qui a grandi en Allemagne. Ils auraient pu être prononcés en 1933". Allusion directe à Adolf Hitler dont il a vu, en son temps, l'irrésistible ascension : "J’avais 16 ans quand cet homme a pris le pouvoir, en 1933. Pendant la décennie qui a précédé, on se moquait de lui – il n’était pas pris au sérieux. Il était considéré comme un bouffon qui ne pourrait jamais tromper une population civilisée et éduquée avec sa rhétorique haineuse et nationaliste. Les “experts” le considéraient comme une blague. Ils avaient tort. Je pensais avoir tout vu, jusqu’à maintenant. Mais je n’ai jamais vu une telle campagne de peur menée par l’un des principaux candidats à la présidence des Etats-Unis."

La famille Douglas  touchée par le drame.

Son fils Eric, acteur lui aussi, est mort en 2004 à 46 ans, d'une association mortelle d'alcool et de médicaments, après des années d'addiction.
Kirk avait été profondément bouleversé par une collision aérienne entre un hélicoptère à bord duquel il se trouvait et un avion en Californie en 1991, un accident qui avait fait deux morts et l'a amené à renouer avec sa judéité.
En 1996, il a été victime d'une attaque cérébrale qui l'a privé de la parole, partiellement retrouvée après des mois de thérapie.

Kirk Douglas et Stanley Kubrick

Producteur avisé, renifleur de talents, Kirk Douglas s'engage à fond quand un projet
lui tient à coeur. Il achète les droits de Vol au-dessus d'un nid de coucou, dont personne ne veut. Le film remportera cinq oscars (film, réalisateur, scénario, acteur, actrice).
Il aura tourné deux fois sous la direction de Stanley Kubrick : Les Sentiers de la gloire (1957), dont il est également le producteur et Spartacus (1960). Des rapports parfois orageux. Concernant le dernier film, qui évoque la révolte des esclaves de l'Empire romain, il dira, un peu amer : "Kubrick n'a jamais vraiment soutenu le film, et je lui en ai voulu pour cette raison". Au sujet des Sentiers de la gloire, où il interprète l'inoubliable colonel Dax, il tiendra tête à Kubrick, ce qui est un exploit, quand le réalisateur voudra changer le scénario original.
 

Kirk Douglas, le philanthrope

Avec sa femme, ils  ont déclaré vouloir léguer la majeure partie de leur fortune à des organisations caritatives après leur mort.
Le couple a notamment financé la rénovation de 400 cours d'écoles à Los Angeles et la construction d'une unité de soins pour malades d'Alzheimer dans une maison de retraite pour anciens comédiens.
"On ne pouvait pas demander plus à Kirk que ce qu'il vous donnait", a commenté l'actrice Angie Dickinson, 85 ans, qui a tourné une scène de nu avec lui dans L'ombre d'un géant (1966).
"C'est l'homme parfait. Tout ce qu'il fait est parfait", a renchéri la lauréate de deux Golden Globes et amie de toujours, interrogée par l'AFP.