Lumières 2017 : le film « Elle » sacré par la presse étrangère

Isabelle Huppert reçoit le prix de la meilleur actrice pour son rôle dans "Elle" de Paul Verhoeven aux Lumières 2017 © Marion Chastain
Isabelle Huppert reçoit le prix de la meilleur actrice pour son rôle dans "Elle" de Paul Verhoeven aux Lumières 2017 © Marion Chastain

Pour la 22e édition, les prix Lumières, décernés par la presse internationale basée à Paris, ont récompensé le cinéma français et francophone au théâtre de la Madeleine, ce lundi 30 janvier 2017. Le long métrage « Elle » de Paul Verhoeven est le grand vainqueur de la soirée. Un événement en partenariat avec TV5MONDE.
 

dans
Organisée depuis 1995 à l'initiative du producteur de cinéma français Daniel Toscan du Plantier et du journaliste américain Edward Behr, l’Académie des Lumières, composée des représentants de la presse étrangère installés à Paris, récompense tous les ans le cinéma français et francophone. En 2017, 104 membres de l’Académie, issus d’une vingtaine de pays, ont participé à l’événement.
 
A l’instar des Golden Globes aux Etats-Unis qui gratifient le cinéma et la télévision américaine avant les Oscars, les Lumières pré-annoncent de quelques semaines les Césars en France. « Ces 22e Lumières sont plus cinéphiles que les éditions précédentes, avec d’ailleurs une sélection de films un peu différente de celle des Césars », souligne José María Riba, délégué général de l’Académie, joint par TV5MONDE avant la cérémonie.
 
« C’est un double coup de pouce pour les films, les actrices et les acteurs distingués. La renommée médiatique est importante, d’abord en France bien sûr. C’est une reconnaissance des représentants de la presse étrangère qui vivent, travaillent et partagent ce pays. Mais c’est aussi un vrai plus au niveau international, notamment dans le contexte actuel du cinéma mondial », poursuit-il.
 

« Elle », la grande gagnante

 
L’an passé, Mustang de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven avait été sacré meilleur film.
  Cette année, « Elle », « La Mort de Louis XIV » et « Une vie » figuraient parmi les favoris. Et le gagnant est… « Elle » de Paul Verhoeven qui rafle les trois premiers prix : meilleur film, meilleur réalisateur et meilleure actrice pour la française Isabelle Huppert : « J’ai aimé faire des films partout à l’étranger, dans tous les pays du monde, et je suis touchée de recevoir ce prix par vous (représentants de la presse étrangère) qui êtes ici ce soir. »

 
L'équipe du film "Divines" avant la remise des prix Lumières 2017 © Marion Chastain
L'équipe du film "Divines" avant la remise des prix Lumières 2017 © Marion Chastain
« Divines » de Houda Benyamina, remporte le prix du meilleur premier film, et la révélation féminine revient aux deux jeunes actrices Oulaya Amamra et Déborah Lukumuena : « Merci à vous deux, vous avez été juste divines », les félicite Houda Benyamina.
 
Après avoir intégré la musique et le documentaire en 2016, le cinéma d’animation s’est invité pour la première fois au palmarès. Aussi en lice pour les Césars et les Oscars, « Ma vie de courgette » du Suisse Claude Barras est sacré meilleur film d’animation et le meilleur scénario décerné à la française Céline Sciamma.

 
Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, à la 22e cérémonie des Lumières © Marion Chastain
Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, à la 22e cérémonie des Lumières © Marion Chastain

L’Académie des Lumières a également rendu hommage à la comédienne Marion Cotillard, mondialement connue pour son rôle d’Edith Piaf dans la « Môme » d’Olivier Dahan, et à Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, qui ont chacun reçu un prix pour l’ensemble de leur carrière.
 

La francophonie aussi à l’honneur

 
« Ce prix francophone est très intéressant car il dépasse aujourd’hui la spécificité linguistique pour représenter le rayonnement de la France dans toute la zone francophone. Aux côtés des Belges, des Suisses et des Québécois, des films tournés dans d’autres langues que le français sont aussi en compétition pour ce prix », explique à TV5MONDE le délégué général de l’Académie, José María Riba. C’est d’ailleurs le film franco-belgo-tunisien « Hedi » de Mohamed Ben Attia, qui reçoit le prix du meilleur film francophone pour ces 22e Lumières : « Nous faisons un très beau métier, encore plus beau quand on participe à un film qui raconte la Tunisie autrement », conclut le réalisateur et scénariste du film.