Culture

Québec : un pont illuminé pour fêter les 375 ans de Montréal

Pont Montreal
© TV5MONDE

Il n’est pas rouge comme le Golden Gate de San Francisco, mais il est tout aussi emblématique : depuis le 17 mai, le Pont Jacques Cartier qui relie l’île de Montréal à la rive sud du fleuve Saint-Laurent, s’illumine tous les soirs, du crépuscule jusqu’à trois heures du matin, afin de souligner le 375ème anniversaire de Montréal.

dans
Ce projet ambitieux a été mis au point par les studios montréalais spécialisés dans l’art de la Lumière, à commencer par Moment Factory, dont la réputation dépasse depuis longtemps les frontières du Québec. Un cadeau offert à la métropole québécoise pour les dix prochaines années. 

Un défi relevé avec brio

Le spectacle d’inauguration de cette illumination, ce 17 mai, a été époustouflant ! Les Montréalais se sont massés aux abords du pont par centaines de milliers pour assister à cet événement dont le concept a pris naissance il y a trois ans sur la base d’un principe simple : réunir tous les artistes montréalais de la lumière pour offrir à Montréal l’illumination d’un de ces emblèmes, le Pont Jacques Cartier. « Je pense que la beauté de ce projet-là, c'est qu'on était une grande équipe de collaborateurs avec des expertises complémentaires, alors le premier défi ça a été de travailler ensemble et rapidement on a trouvé une façon de communiquer, de se motiver pour faire évoluer les idées » explique Gabriel Pontbriand, Directeur de création chez Moment Factory. 

Le deuxième défi à relever a été technique : installer près de 3000 luminaires, spots, néons, bandelettes de lumière sur les structures en acier du pont alors que l’hiver battait son plein. Un travail dans des conditions extrêmes, le froid, le vent, le gel, le verglas, la neige, une structure tout en hauteur… « Il faut lever notre chapeau à ces équipes-là qui sont des guerriers tout simplement : le pont fait plus de 100 mètres par rapport à sa base, et juste la petite tour tout en haut fait pratiquement 4 mètres alors on peut s'imaginer le travail en hauteur que cela a demandé et ils ont travaillé jour et nuit pendant tous ces mois » précise Gabriel Pontbriand. 
Au total, quelque 350 personnes ont travaillé sur ce projet.

Les tests sur la maquette et sur le pont

Au fur et à mesure que les luminaires étaient installés, les concepteurs ont procédé régulièrement à des tests pour vérifier que l’illumination fonctionnait tel que prévu dans les essais sur la maquette du pont installée dans une salle de Moment Factory. 
« On est très surpris par la luminance des installations parce qu'on est en compétition avec la lumière ambiante de la ville et les tests démontrent qu'on a assez de luminance et assez de potentiel aussi pour faire évoluer notre mise en lumière, » déclare Gabriel Pontbriand. « On a une maquette dans le studio depuis un an et demi avec laquelle on travaille autant la lumière à l'intérieur que les pixels sur la surface et il y a eu énormément d'exploration pour trouver le langage et maximiser à partir des luminaires qu'on a sélectionnés pour trouver quelles sont les séquences que l'on peut faire, quelles sont les images qu'on peut créer, ajoute Félix Dagenais. La maquette c'est un très bon outil, mais arriver à l'extérieur et voir ses séquences-là prendre forme à la grandeur du pont, à la grandeur de la ville, c'est très excitant et très réconfortant de voir que ce qu'on avait imaginé fonctionne bien et parfois même mieux ». 

Un peu d’histoire

Le pont Jacques Cartier a été conçu par l’ingénieur Philip Louis Pratley et la première pelletée de terre s’est faite le 26 mai 1925. Il a fallu près de 5 ans et 23 millions de dollars pour construire cet édifice en acier. Le pont est inauguré officiellement le 24 mai 1930, quelques jours après son ouverture à la circulation. Initialement baptisé « Pont du Havre », il deviendra le Pont Jacques Cartier le 1er septembre 1934, en l’honneur du 400ème anniversaire de la découverte du Canada.

Le pont Jacques Cartier a 5 voies de circulation dont une qui s’ouvre dans un sens ou dans l’autre selon l’intensité du trafic (trois voies en direction de Montréal le matin, trois voies vers la rive Sud en fin de journée ), sans oublier une piste cyclable ouverte aussi aux piétons et qui est très fréquentée d’avril à novembre. Tout d’abord payant pour les utilisateurs, son accès est gratuit depuis 1962. 

Un pont aux couleurs des saisons

Un calendrier chromatique a été établi : le pont sera illuminé avec des teintes de vert pour le printemps, jaune l'été, rouge l'automne et bleu l'hiver. Et des petites bandelettes de lumière installées sur les côtés des structures vont s’animer en complément, notamment en fonction de l’activité quotidienne dans la ville et l’humeur des Montréalais via le #Montréal dans les médias sociaux. 

Toute cette opération a coûté cher : 40 millions de dollars, dont 30 assumés par le gouvernement canadien. Plusieurs voix se sont d’ailleurs élevées pour dénoncer ces coûts. D’autres ont répondu que cette illumination, qui était installée pour les 10 prochaines années, allait offrir une image magnifique de Montréal sur la scène internationale et donc inciter des gens de partout dans le monde à venir visiter la métropole. 

Ce pont illuminé, en plus de devenir un nouvel élément dans la carte postale de Montréal, est aussi la preuve de la légendaire créativité des Québécois et de leur savoir-faire dans l’art de la lumière, une formidable carte de visite donc en quelque sorte tant pour la ville que pour ses habitants.