Culture

« Sacrebleu ! » « Oh la la ! » ces expressions francophones prisées par les anglophones

Lorsqu'ils voyagent en France, les Britanniques emploient parfois des termes français en réalité démodés dans l'Hexagone. 
Lorsqu'ils voyagent en France, les Britanniques emploient parfois des termes français en réalité démodés dans l'Hexagone. 
©Istock/vladans

Si ces expressions se font rares désormais dans le vocabulaire quotidien des francophones, elles restent usitées par les anglophones qui voyagent notamment en France. Au risque de se ridiculiser ou de paraître désuets ? 

dans
Placer un  « déjà-vu », un « touché » (reconnaître la pertinence de l’argumentaire de son adversaire)  ou un « cliché » dans sa conversation, ça fait chic et intellectuel chez les anglophones. Mais qu’en est-il de « sacrebleu », « oh la la ! », « garçon ! » (pour héler un serveur dans un café ») ou encore « zut alors ! »… C’est nettement moins percutant. 

Chers touristes britanniques, vous apparaissez désuets. Ce n'est pas notre réflexion mais celle d'un éditorialiste du quotidien britannique The Guardian dans son article "« Garçon ! » quelques expressions dépassées et embarrassantes « por favor »". Ces termes ne signifieraient même rien à nos « oreilles françaises ». Pour certaines générations... Peut-être.

L’auteur de cette remarque, Gavin Haynes, base sa réflexion sur la publication d’une plateforme d’apprentissage de langues étrangères (Babbel). Cet été, elle a répertorié des expressions démodées que les étrangers tiennent absolument à employer pensant qu’elles sont toujours utilisées par les habitants du pays où ils vont. 

« Voulez-vous coucher avec moi ? »

Selon le journaliste de The Guardian, « sacre bleu » est utilisé dans les journaux britanniques (les tabloïds) pour décrire parfois « des baguettes, des burgers, des mesures anti-pétanques » (?!). Des termes qui ont disparu aujourd'hui de la presse française. 

Le célèbre « Voulez-vous coucher avec moi ? » fait aussi partie de la liste publiée par Babbel. Cette expression a été rendue populaire par la chanson « Lady Marmalade » de l’Américaine (!) Patti Labelle dans les années 1970. 
 

« Non seulement cette expression sonne bizarrement et paraît rétrograde mais pour les oreilles françaises elle est plus communément associée à la prostitution », souligne Gavin Haynes. Vous êtes avertis chers locuteurs anglophones si vous ne voulez pas faire de « faux pas » ! 

Ces mots, selon le site Babbel, ne revêtent pas le même sens pour les francophones que pour les anglophones. Un exemple avec « oh la la » qui plaît beaucoup aux Américains. En France, cette expression reflète plus une surprise négative qu’une insinuation sexuelle, pour nos voisins britanniques. 

Le français, un héritage historique

Même s’il est vrai que certains de ces termes peuvent paraître hors de propos ou démodés quand ils sont employés par des anglophones en France, on sait que les Anglais possèdent déjà dans leur lexique nombre de mots français. Un héritage historique depuis la conquête normande de l’Angleterre au XIe siècle. Et ces termes-là ne sont pas désuets même s’ils relèvent d’un usage plutôt littéraire outre-Manche. 

Selon la linguiste française, Henriette Walter, plus des deux tiers du vocabulaire anglais est d’origine française. C’est le cas de « rail » en anglais emprunté à l’ancien français « raille » (barre) ou encore « bacon » que l’on prend aujourd’hui pour un anglicisme alors qu’il s’agit à l’origine d’un mot français. 

Si nos voisins britanniques ne veulent donc pas se ridiculiser en visite en France, ils peuvent toujours user de leur langue pour parler un peu de français, sans le savoir forcément.