Siné ne gênera plus personne

<p>"<em>Il fallait publier les caricatures de Mahomet mais en précisant qu'elles étaient nulles. Elles étaient moches. Mahomet avec sa bombe sur le turban, c'était con et mal dessiné. En plus, on a appris que le caricaturiste danois, Kurt Westergaard, était complètement réac</em>"</p>

"Il fallait publier les caricatures de Mahomet mais en précisant qu'elles étaient nulles. Elles étaient moches. Mahomet avec sa bombe sur le turban, c'était con et mal dessiné. En plus, on a appris que le caricaturiste danois, Kurt Westergaard, était complètement réac"

(DR)

Le dessinateur et caricaturiste Siné, de son vrai nom Maurice Sinet, est mort à l'âge de 87 ans. Il s'est éteint entouré de sa famille  à l'hôpital Bichat à Paris des suites d'une opération. Retour sur la carrière mouvementée d'un rare et authentique anarchiste.

dans

"C’est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu’à sa mort qui approche, à ses futures obsèques et au chagrin de ses proches ! Je pense aussi à tous les enculés qui vont se frotter les mains et ça m’énerve grave de crever avant eux !" écrivait Siné peu de temps avant de mourir. Ce texte éclaire bien le personnage.  Pas de joli raccourci ni d'aimables formules. Siné ne s'embarrassait d'aucune métaphore poétique. Il utilisait l'uppercut pour signer ses billets.Les mères sont séparées de leurs enfants. 
Voici d'ailleurs le texte, son dernier donc,  dans son intégralité. Il est paru sur la page Facebook de son journal :

(capture d'écran)

Siné, ou "la négation de toute autorité"


Maurice Sinet pousse comme une herbe folle dans les quartiers interlopes de Pigalle à Paris dans les années 30. Il a choisi le nom du mari de sa mère, Albert Sinet. Son père naturel, Laurent Versy est  ferronier d'art. Il confiera  à Jean-Jacques Birgé : "Mon père était anar et m’a refilé le virus. Un an de régiment (1950-1951), dont huit mois de taule, ont parachevé ma haine de l’armée et de la discipline. C’est tout naturellement que je suis devenu anti-tout et j’ai été de suite révolté par les guerres coloniales que la France menait d’abord en Indochine, ensuite en Algérie."
Après des études de dessin et un flash déterminant sur les dessins de Saul Steinberg, "Dès que j’ai vu les dessins de Steinberg, j’ai eu le coup de foudre et j’ai décidé d’essayer ce métier. J’ai mis deux ou trois ans avant de commencer à gagner un peu d’argent avec mes dessins et pouvoir abandonner les autres jobs", on le retrouve chanteur dans les cabarets puis il publie son premier dessin dans France Dimanche en 1952 et reçoit le grand prix de l'Humour noir en 1955 pour son recueil Complainte sans Paroles. Il entre à l'Express peu de temps après.

"Révolution est un mot important et je ne crois pas, hélas, l’avoir jamais rencontrée. On l’a effleurée en 68, depuis on n’y pense même plus (à part quelques allumés !)."
"Révolution est un mot important et je ne crois pas, hélas, l’avoir jamais rencontrée. On l’a effleurée en 68, depuis on n’y pense même plus (à part quelques allumés !)."
(DR)

Siné est contre tout et tout contre celles et ceux qui pensent comme lui.
Au moment de la guerre d'Algérie (1954-1962), son appartement parisien est plastiqué plusieurs fois. Ce fou de jazz reçoit environ une centaine de lettres d'insultes chaque semaine. "Je suis entré à L’Express le 13 mai 1958, le jour où De Gaulle a pris le pouvoir avec les paras. Je craignais le pire et proposais un peu plus tard aux avocats (Vergès) du FLN de leur filer un coup de main dans la mesure du possible. J’estimais que mes dessins ne suffisaient pas à exprimer ma rage et à assouvir ma colère."
Siné persévère.
Le bonhomme utilise son crayon pour défourrailler à tout va. Et cela fait mal. Les curés, les flics, l'armée, les politiques, la télévision.
Tout y passe. A une époque où la censure est omniprésente, il faut un certain courage pour se mettre ainsi à dos toutes les institutions mais également témoigner d'une audace certaine pour compter un tel personnage parmi les membres de sa rédaction.
Si, comme l'indique le Larousse l'anarchie "est la négation de toute autorité d'où qu'elle vienne", alors Siné est un anarchiste. Et un fameux !

Il se lie d'amitié avec Malcom X, qui devient le parrain de sa fille : "Ils ont assassiné Malcom au moment où il allait avouer ne pas être musulman mais “socialist” (selon l’acception américaine bien plus dure que la nôtre). Les Blacks Panthers ont repris le flambeau dans une voie qu’il avait prise lui aussi. Il m’avait expliqué que pour lutter contre une religion, le christianisme, aussi profondément ancrée chez beaucoup de Noirs, seule une autre (l’Islam) était assez puissante pour éliminer la première. Tout autre mot : “socialist”, “communist”, “anarchist” avaient été incompris par ces mecs imbibés du Christ. Il savait qu’il perdrait quelques ouailles au passage, mais c’était sa stratégie (on en a beaucoup parlé car je n’étais pas persuadé de la justesse de cette dernière !)."

© TV5Monde

Siné et Charlie-Hebdo


Siné a  travaillé 27 ans pour Charlie-Hebdo.
Il en est évincé en 2008.
En cause, officiellement, une chronique. Certains confrères y voient dans les mots du dessinateur comme un parfum d'antisémitisme. Siné s'insurge.  La journaliste Céline Lussato, lui pose cette question :  "Que cherchiez-vous à souligner au travers du texte paru le 2 juillet dans Charlie  dans lequel vous évoquiez une conversion au judaïsme de Jean Sarkozy ?"

Siné dégaine son lance-flamme :

- Je souhaitais dénoncer l'attitude de Jean Sarkozy qui se convertit, selon moi, pour épouser une millionnaire. C'est un mauvais procès qu'on me fait. Et d'ailleurs l'avocat rigole bien. Surtout quand on voit la défense d'Askolovitch (le journaliste qui l'accuse d'antisémitisme ndlr) qui affirme reprendre des propos de Val (journaliste directeur de la rédaction de Charlie-Hebdo), qui lui même aurait agi en fonction de ce que lui avait dit Askolovitch… je crois qu'on va se marrer. De toute façon, maintenant, le mec qui dit que je suis un antisémite je lui colle un procès. Cela fait 50 ans que je me bats contre toutes les formes de racisme, je ne peux pas tolérer ce genre d'accusations. (...) Ceux qui pensent cela sont soit des cons, soit des personnes de mauvaise foi. Comme je le dis toujours, on ne peut pas lutter contre la bêtise. Pour les autres… Aujourd'hui on ne peut plus dire le mot juif sans être attaqué de toutes parts. Mais, d'ailleurs, on ne peut plus rien dire, il faut trouver d'autres formules: non-voyant pour aveugle…"

Siné gagnera son procès contre Charlie-Hebdo et Deilfel de Ton, son ami de toujours, se fera un malin plaisir de surligner la condamnation de l'hebdomadaire :

La condamnation de Charlie Hebdo à la une du 26 décembre 2012
La condamnation de Charlie Hebdo à la une du 26 décembre 2012
(capture d'écran)



En réaction, il fonde la revue "Siné Hebdo" puis "Siné Mensuel" en 2011.
En janvier dernier, pas rancunier, il avait rendu hommages aux dessinateurs et caricaturistes de Charlie Hebdo morts lors des attentats de janvier 2015 :

 

(capture d'écran)

Siné recommandait ces 10 livres :

Paroles de Jacques Prévert
Exercices de style de Raymond Queneau
Mort à crédit de Céline
Traité d’athéologie de Michel Onfray
Le Voleur de Georges Darien
Les Nègres de Jean Genet
Dialogue entre un prêtre et un moribond du Marquis de Sade
Mémoires d’un gros dégueulasse de Charles Bukowski
Le petit bleu de la côte ouest de J.P. Manchette
Dictionnaire de la subversion carabinée, textes explosifs recueillis par Noël Godin (l’entartreur)

Philippe Geluck, dessinateur belge et admirateur de Siné a déclaré sur l'antenne d'I-télé : "C'est le 1er dans les années 50 à inaugurer l'ère du dessin coup de boule". Plantu lui a rendu hommage sur son fil Twitter :

Siné sera enterré au cimetière de Montmartre, dans la 30e division du cimetière. Il avait tout prévu : sur sa tombe il y aura un bronze représentant un cactus ayant la forme d’un doigt d’honneur. Siné jusqu'au bout.