Théâtre: la farce antifasciste de Brecht, "Arturo Ui", à la Comédie française

theatre-brecht-urbain

La Résistible Ascension d'Arturo Ui, la farce burlesque antifasciste de Bertolt Brecht, mise en scène par Katharina Thalbach, se joue à la Comédie française, jusqu'au 30 juin 2017. 

dans
"Le ventre est encore fécond d'où a surgi la bête immonde", la célèbre mise en garde de Brecht contre le fascisme, est entrée lundi 3 avril 2017 au répertoire de la Comédie-Française avec "La Résistible Ascension d'Arturo Ui". Et qu'importe si la phrase, qui figure dans l'épilogue de la pièce, n'est pas tout à fait exacte, traduite de l'allemand à l'anglais puis au français. C'est un monument du théâtre politique, conçu en 1941, qui figure désormais au répertoire du théâtre national, appelant chacun à "voir et agir" face à la tentation autoritaire.

Une farce historique : l'ascension d'Hitler transposé dans le Chicago d'Al Capone

"La Résistible Ascension d'Arturo Ui" est une parabole, une "farce historique" selon son auteur. Elle transpose dans le milieu des gangsters de Chicago l'ascension d'Hitler, de la crise de 1929 à la nuit des Longs couteaux en 1934 et l'annexion de l'Autriche en 1938. Brecht est alors exilé aux Etats-Unis et il choisit la comparaison avec le milieu d'Al Capone pour s'adresser au public américain. 
 
"La Résistible Ascension d'Arturo Ui"

Auteur : Bertolt Brecht
Mise en scène : Katharina Thalbach
Avec la troupe de la Comédie-Française :
Thierry Hancisse, Éric Génovèse, Bruno Raffaelli, Florence Viala, Jérôme Pouly, Laurent Stocker, Michel Vuillermoz, Serge Bagdassarian, Bakary Sangaré, Nicolas Lormeau, Jérémy Lopez, Nâzim Boudjenah, Elliot Jenicot, Julien Frison et les comédiens de l'Académie

Consciente de la réputation de Brecht en France, d'un auteur didactique et plutôt ennuyeux, la metteure en scène allemande Katharina Thalbach a choisi de revenir à la veine brechtienne du Berliner Ensemble fondé par la dramaturge en 1949: un théâtre populaire, haut en couleur, proche du cabaret avec musique et chansons.

Les maquillages outrés font ressortir la caricature des personnages: Arturo Ui (Laurent Stocker), le chef des gangsters, a les traits d'Hitler dans "Le Dictateur" de Charlie Chaplin. Manuele Gori (alias Hermann Göring, interprété par Serge Bagdassarian) est énorme, comme gonflé de suffisance.

Katharina Thalbach "a grandi avec la pièce" de Brecht

Lorsque Brecht écrit sa fable en 1941, l'allusion aux personnages du Reich est transparente. La tâche pourrait être plus ardue pour la jeune génération aujourd'hui, et Katharina Thalbach a pris soin d'intercaler de temps à autre un panneau rappelant les principales dates de l'ascension d'Hitler. 

Katharina Thalbach connaît Brecht intimement: fille d'une grande actrice du Berliner Ensemble, elle avoue "avoir grandi avec la pièce". Sa mise en scène très physique, où les comédiens sont équilibristes, jongleurs, bateleurs et musiciens évoque "L'Opéra de quat'sous". Les acteurs se déplacent sur un plateau en pente et évoluent dans les airs dans les cordages d'une immense toile d'araignée de corde suspendue au dessus du plan de la ville dessiné au sol.

La metteure en scène a choisi de rester dans l'époque où se joue la pièce, les années 30. Elle avoue qu'elle "déteste tous les Hamlet en jeans". La pièce n'a pas besoin de transposition: la force de l'interprétation des comédiens du français, la magie du décor et le grotesque macabre de la farce s'imposent à tous et chacun trouvera dans le texte les correspondances avec l'actualité d'aujourd'hui.

"La Résistible Ascension d'Arturo Ui" se joue à la Comédie française du 1er avril au 30 juin 2017.
 
L'AUTEUR, BERTOLT BRECHT
@Associated Press
Né en 1898 à Augsbourg, en Souabe bavaroise, dans une famille bourgeoise, Bertolt Brecht entreprend dès 1917 des études de philosophie puis de médecine à l'Université de Munich, avant d’être mobilisé à la fin de la Première Guerre mondiale comme infirmier. Il publie successivement Tambours dans la nuit (prix Kleist en 1922), Spartacus et Dans la jungle des villes. Dans les années 1920, il œuvre comme conseiller littéraire, puis rejoint le Deutsches Theater de Max Reinhardt avec sa future femme l'actrice Hélène Weigel. En 1928, Bertolt Brecht connaît la gloire grâce à L’Opéra de quat’sous, l’un des plus grands succès théâtraux de la république de Weimar. Avec Homme pour homme (1927), cet Opéra – genre nouveau de théâtre musical contre la « totale crétinisation de l’opéra » – composé par Kurt Weill, qui puise dans l’opérette, le jazz, les chansons de cabaret, est l’un des premiers jalons du « théâtre épique » théorisé plus tard par Brecht. Son esthétique de la distanciation en rupture avec le théâtre illusionniste va bientôt rayonner sur les scènes occidentales. L'arrivée au pouvoir des nazis force Bertolt Brecht et Hélène Weigel à quitter l'Allemagne. L'œuvre du dramaturge est interdite et brûlée lors de l'autodafé du 10 mai 1933. En exil, Brecht parcourt l'Europe, s’installant d’abord au Danemark puis en Suède et en Finlande, il rejoint la Californie en 1941. Ces années d’errance seront fécondes, il signe notamment La Vie de Galilée, Mère Courage et ses enfants, et La Résistible Ascension d'Arturo Ui, «pièceparabole » et gangster show destiné à la scène américaine. Contraint par le maccarthysme de quitter les États-Unis en 1947, Bertolt Brecht finit par rejoindre la RDA, où il fonde le Berliner Ensemble en 1949.