Hand: le PSG a fait le strict nécessaire et attend Nantes

Le PSG de Nikola Karabatic, vainqueur au forceps de Saran
Le PSG de Nikola Karabatic, vainqueur au forceps de Saran
afp.com - MIGUEL MEDINA
dans

Le Paris Saint-Germain handball s'est rapproché encore davantage d'un troisième titre de champion de France d'affilée en dominant au forceps Saran (30-29) mercredi à domicile lors de la 24e journée, et attend maintenant le résultat du match Nantes-Montpellier jeudi.

Nikola Karabatic (4 buts) et ses partenaires comptent provisoirement cinq points d'avance sur le club nantais (2e) et peuvent être couronnés deux journées avant la fin si celui-ci perd contre Montpellier, troisième au classement.

"On va regarder le match mais on ne compte pas forcément sur un exploit de Montpellier. On se concentre sur nous et sur le match de la semaine prochaine à Aix", a affirmé l'aîné des frères Karabatic, qui a eu chaud dans tous les sens du terme à la salle Pierre-de-Coubertin.

- Chaud dans tous les sens -

Les Parisiens ne se sont pas amusés et ont même lutté pendant toute la seconde période avant qu'un but de Daniel Narcisse (6 au total) ne les délivre.

Le promu du Loiret, antépénultième au classement, a tout tenté pour éviter une neuvième défaite consécutive et essayé d'accroître son avance (2 points) sur le premier relégable Créteil, défait à domicile par Toulouse (27-29).

Il a notamment remplacé son gardien par un joueur de champ sur les phases d'attaque. Cette stratégie a demandé beaucoup d'efforts aux Saranais et les Parisiens ont profité de leur baisse de régime, en fin de première période, pour creuser l'écart (17-12) grâce notamment à trois buts inscrits dans la cage vide.

Mais les Saranais ont mieux défendu en seconde période avec un joueur avancé, l'ex-Parisien Ibrahima Diaw, et ont bien négocié les contre-attaques. Le demi-centre croate Tomi Vozab a même donné l'avantage aux siens (28-29) à moins de cinq minutes de la fin devant des spectateurs parisiens incrédules.

Le PSG, pourtant intouchable lors du match aller (44-32), a alors beaucoup souffert. Mais deux arrêts de Gorazd Skof et une ultime fulgurance du "sauveur" Narcisse, lui ont permis de l'emporter. "On s'est mis à y croire mais leur expérience et leurs joueurs de qualité ont fait la différence", a commenté le pivot de Saran Igor Anic (7 buts).

Parmi les autres matches, Chambéry a surclassé Sélestat (27-20), dernier et déjà relégué, pour conserver sa cinquième place, probablement synonyme de qualification pour la Coupe EHF (C2) en fin de saison.

Aix a pour sa part battu Nîmes (32-27) et peut encore prétendre à une place européenne.