Info

La "relance" du tourisme tunisien en 2017 confirmée

La ministre tunisienne du Tourisme, Selma Elloumi, le 14 mai 2017 à Djerba
La ministre tunisienne du Tourisme, Selma Elloumi, le 14 mai 2017 à Djerba
afp.com - FETHI BELAID
dans

Le tourisme tunisien a connu une nette relance en 2017, mais ses résultats restent en deçà de ceux de 2014, avant la série d'attentats jihadistes qui avaient ravagé le secteur, a indiqué jeudi à l'AFP la ministre du Tourisme, Salma Elloumi.

Ce secteur vital de l'économie avait tout d'abord souffert des troubles ayant suivi la révolution de 2011, avant de plonger à la suite des attaques du musée du Bardo et de Sousse, en mars et juin 2015 (60 morts dont 59 touristes étrangers), revendiquées par le groupe Etat islamique (EI).

Après une amélioration de la sécurité tout au long de 2016, 2017 a constitué "une année de relance réelle pour le tourisme tunisien", a déclaré Mme Elloumi, en marge d'un séminaire à Hammamet de l'Office national du tourisme tunisien (ONTT).

"Nous avons repris notre place dans les marchés traditionnels, le marché européen essentiellement, et le marché français en particulier", a-t-elle ajouté.

A fin novembre, les recettes touristiques ont été de 2,6 milliards de dinars (environ 880.000 euros), en hausse de 16% par rapport à la même période de 2016, selon les chiffres officiels de l'ONTT.

En terme d'entrées, la hausse atteint 23%, avec 6,4 millions de visiteurs. Cette performance est toutefois moindre que celle de 2014, année durant laquelle 6,7 millions de touristes au total avaient visité la Tunisie.

Parmi les quelque 1.631.000 d'Européens qui se sont rendus en Tunisie sur les 11 premiers mois de 2017, les Français arrivent en tête, avec 535.000 visiteurs --soit une croissance de 46,8% sur un an--, suivis par les Allemands (plus de 173.000).

Par ailleurs, plus de 3,4 millions de touristes maghrébins ont visité la Tunisie en 2017, dont plus de deux millions d'Algériens (+42%).

Cette relance a été obtenue grâce à une "reprise de confiance" des voyageurs, moins inquiets des risques sécuritaires. "La sécurité a atteint un niveau plus qu'acceptable et nous avons obtenu la levée de toutes les interdictions (de voyage, ndlr) sur la Tunisie", a expliqué Mme Elloumi.

Malgré cette reprise "importante", les chiffres n'ont pas encore atteint ceux de 2014 et encore moins de 2010, a-t-elle reconnu.

Pour Zouhair Chaabani, représentant de l'ONTT pour le marché italien, le tourisme tunisien souffre encore "d'une image dégradée depuis les attentats de 2015 et de l'image d'instabilité du monde arabo-musulman".

L'industrie touristique qui a représenté jusqu'à près de 10% du PIB, pèse moins de 7%, selon des statistiques officielles.