Info

Le Japon prévoit d'acheter des missiles de longue portée face aux menaces de Pyongyang

North Korea has threatened to sink Japan into the sea and has fired missiles over the country
North Korea has threatened to sink Japan into the sea and has fired missiles over the country
afp.com - KAZUHIRO NOGI
dans

Le Japon prévoit d'acquérir des missiles offensifs air-sol pour contrer la menace militaire nord-coréenne, a déclaré vendredi son ministre de la Défense, un projet qui devrait soulever des questions sur sa politique pacifiste.

Itsunori Onodera a précisé que son ministère comptait demander un budget spécial pour l'année budgétaire commençant en avril 2018 afin d'acheter des missiles de longue portée qui seraient déployés sur les avions de chasse.

Selon les médias japonais, le ministère voudrait acquérir auprès de sociétés américaines des missiles de croisière JASSM et LRASM d'une portée de 900 kilomètres.

Il prévoit également de se procurer des missiles Joint Strike d'une portée de 500 km auprès du groupe norvégien Kongsberg Defence and Aerospace, indiquent des informations de presse.

Ces projets devraient susciter la controverse, Tokyo ayant maintenu depuis la guerre une politique défensive, conformément à sa Constitution pacifiste, qui lui interdit l'usage de la force comme moyen de résoudre les différends internationaux.

Ces missiles sont destinés "à nous permettre de faire face à l'adversaire depuis un lieu situé au-delà de la portée des menaces", a déclaré le ministre à la presse.

La politique militaire du Japon se limite à l'autodéfense et le pays dépend des Etats-Unis pour sa protection, dans le cadre d'une alliance nippo-américaine de sécurité.

Les essais de missiles de la Corée du Nord représentent une "menace imminente" pour le Japon, avaient estimé lundi les sénateurs japonais, tandis que le Premier ministre nippon, Shinzo Abe, a déclaré que discuter avec Pyongyang n'avait "pas de sens".

La chambre haute du Parlement nippon a adopté lundi à l'unanimité une résolution de protestation contre le dernier essai en date de missile intercontinental nord-coréen, le 29 novembre, qui s'est abîmé en mer du Japon.

L'appel de Washington la semaine dernière à couper toutes les relations commerciales et diplomatiques avec la Corée du Nord a été rejeté par Moscou et Pékin, partisans de négociations avec Pyongyang.