Info

Le Maire s'inquiète des conséquences de la réforme fiscale américaine

Le ministre de l'Economie français Bruno Le Maire à l'Elysée, le 22 novembre 2017 à Paris
Le ministre de l'Economie français Bruno Le Maire à l'Elysée, le 22 novembre 2017 à Paris
afp.com - ludovic MARIN
dans

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire s'est inquiété mercredi des conséquences pour l'Europe de la réforme fiscale américaine, jugeant nécessaire une "discussion franche et sincère" avec les Etats-Unis sur le sujet.

"Nous avons de l'autre côté de la planète, aux Etats-Unis, une réforme fiscale de grande ampleur, avec une proposition massive de baisse du taux de l'impôt sur les sociétés", a déclaré le ministre devant plusieurs dizaines de dirigeants de sociétés étrangères implantées en France, réunis au Conseil économique, social et environnemental (Cese) pour un événement sur l'attractivité de la France.

"Ce serait mal placé de critiquer ce choix-là, puisque nous avons fait le même choix avec le Président de la République et le Premier ministre en ramenant le taux d'impôt sur les sociétés de 33,3% à 25% en cinq ans", a-t-il ajouté.

"Mais s'il devait y avoir dans cette réforme fiscale américaine des dispositions qui contreviennent aux règles fiscales internationales, notamment celles de l'OCDE, cela poserait à tous les Européens un problème", a-t-il averti.

Par ailleurs, "s'il devait y avoir une double imposition, entre les sociétés filles et les sociétés mères, qui conduiraient beaucoup des sociétés filles américaines implantées en Europe à revenir aux Etats-Unis et à nous faire perdre des emplois et de la croissance économique, cela nous poserait évidemment des difficultés", a-t-il jugé.

M. Le Maire a estimé que sur cette question, l'Union européenne devait avoir avec les Etats-Unis une discussion "franche et sincère pour que l'Europe sache défendre ses intérêts".

Mardi, les 28 ministres des Finances de l'UE, réunis à Bruxelles, ont eu une première discussion sur le sujet à la demande de la France.

Le Sénat américain a voté dans la nuit de vendredi à samedi pour le projet républicain de baisse d'impôt et de réforme de la fiscalité. Le texte, qui doit encore faire l'objet d'un accord avec la Chambre des représentants, prévoit notamment de ramener le taux d'imposition des sociétés de 35% à 20% et invite les multinationales à rapatrier aux Etats-Unis leurs bénéfices détenus à l'étranger à un taux préférentiel.