Info

Mélenchon: avec le décès de Johnny, "on ressent de la nostalgie"

dans

"On ressent de la nostalgie pour nous-mêmes, tout le monde a été amoureux une fois avec une chanson de Johnny en arrière-plan", a déclaré jeudi à Marseille le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

"Je ne me sens pas capable de dire quelque chose d'intéressant: comme je l'ai dit dans ma vidéo (publiée sur les réseaux sociaux, ndlr), Johnny n'a pas besoin de moi pour être connu et aimé", a ajouté le député des Bouches-du-Rhône en marge de la visite d'une école à Marseille, précisant "avoir écouté Johnny Hallyday".

"Sur Johnny, qu'est-ce que vous voulez que je dise moi ?", demande Jean-Luc Mélenchon en ouverture de sa "revue de la semaine", mise en ligne mercredi soir, après l'annonce da la mort du chanteur, disant aussi comprendre qu'il y ait "plein de gens à qui ça fasse du chagrin".

"Qu'est-ce qu'on ressent? De la nostalgie pour nous-même. Tout le monde a été amoureux une fois avec une chanson de Johnny en arrière-plan. Commme tous les artistes à partir d'un certain niveau, ils sont dans notre vie. Que voulez-vous dire de plus?", a-t-il répondu, interrogé jeudi matin.

Lors de l'hommage exceptionnel qui lui sera rendu samedi aux Champs-Elysées, "j'enlèverai mon chapeau, comme tout le monde, par respect pour les morts", a ajouté le chef de file de la France insoumise.

"C'est un personnage qui comptait dans la vie. Nous les Français, on est décrits par lui, j'ai chanté ses chansons", a-t-il précisé. Il a ajouté qu'il ne méprisait "pas du tout" Johnny, comme le disent "les gens malveillants, des journalistes qui (lui) mènent une guerre quotidienne sans même écouter sa vidéo". M. Mélenchon répondait ainsi aux critiques qui lui ont été adressées après la publication de sa "revue de la semaine".

Le porte-parole de la France insoumise, Alexis Corbière avait de son côté retiré un tweet mercredi matin dans lequel il jugeait que "la triste mort de #JohnnyHallyday" ne devait pas "faire oublier le nouveau mauvais coup" que préparerait l'exécutif avec le Smic, évoquant sur RMC "une bêtise" et "un manque de tact".

S'il ne connaissait pas personnellement Johnny Hallyday, Jean-Luc Mélenchon "connaissait" en revanche Jean d'Ormesson, disparu mardi.

"Il était réactionnaire comme pas un mais très drôle. Je m'en veux....Je me suis dit il y a pas longtemps qu'il faudrait que j'aille le voir", a-t-il dit à Marseille, rappelant que l'académicien "tout réactionnaire qu'il était, était le descendant d'un révolutionnaire, Le Peletier-Saint-Fargeau".

Né à Paris dans une famille noble en 1760, Louis-Michel Lepeletier, marquis de Saint-Fargeau, républicain convaincu, a été assassiné en 1793 par un royaliste qui ne lui avait pas pardonné d'avoir voté la mort de Louis XVI. La Convention fit de lui un héros national.