Mort par balle dans l'Essonne: un couple de suspects en garde à vue

Ce couple, une jeune femme de 21 ans et son compagnon de 23 ans, a été placé en garde à vue. C'est le jeune homme qui a tiré sur la victime à bout portant avec une arme de petit calibre
Ce couple, une jeune femme de 21 ans et son compagnon de 23 ans, a été placé en garde à vue. C'est le jeune homme qui a tiré sur la victime à bout portant avec une arme de petit calibre
afp.com - DENIS CHARLET
dans

Un jeune couple de suspects impliqué dans la mort d'un homme de 25 ans, tué d'une balle dans la tête samedi dans un quartier sensible de Longjumeau (Essonne), s'est rendu mardi à la police, a annoncé mercredi le parquet d'Evry.

Ce couple, une jeune femme de 21 ans et son compagnon de 23 ans, a été placé en garde à vue. C'est le jeune homme qui a tiré sur la victime à bout portant avec une arme de petit calibre, a indiqué le parquet dans un communiqué.

La jeune femme entendue par les enquêteurs a rendu visite samedi soir avec son compagnon à sa mère, qui entretenait une relation amoureuse avec la victime de 25 ans. La fille supportait-elle mal l'amour de sa mère pour un homme à peine plus âgé qu'elle ? Le parquet évoque "un différend sentimental", à l'origine d'une "bagarre".

Lors des premières auditions, les deux suspects "ont indiqué que le coup de feu mortel est parti accidentellement", selon le ministère public.

Le casier judiciaire du couple est vierge. "Le motif de la dispute n'est pas clair, mais on peut désormais exclure la piste du trafic de stupéfiants", a précisé à l'AFP le parquet, même si le drame s'est déroulé dans le quartier de La Rocade, connu comme un haut lieu du trafic de drogue en Essonne.

La garde à vue des deux suspects doit prendre fin jeudi en fin d'après-midi. Le parquet compte ensuite saisir un juge d'instruction pour ouvrir une information judiciaire.

L'enquête, confiée à la police judiciaire de Versailles (Yvelines), porte pour l'instant "sur la qualification d'assassinat, mais il n'est pas du tout certain que cette thèse soit validée", a précisé le ministère public.

Le meurtre, sans préméditation, ou l'accident restent des possibilités qui ne peuvent pas être exclues.