Info

RDC : appel à une augmentation du financement et d'humanitaires

Le camp de réfugiés de Ndu, dans l'extrême nord de la RD Congo, le 13 août 2017
Le camp de réfugiés de Ndu, dans l'extrême nord de la RD Congo, le 13 août 2017
afp.com - Alexis HUGUET
dans

Le Conseil norvégien des réfugiés a plaidé jeudi pour une "augmentation massive du financement" et d'humanitaires travaillant dans des zones de conflits en République démocratique du Congo, qui compte aujourd'hui 4,5 millions des déplacés.

"La priorité pour la RDC est une augmentation massive du financement et d’humanitaires travaillant dans des zones de conflit, y compris au Nord-Kivu. Autrement, la communauté humanitaire ne sera pas en mesure de gérer la situation et fera inévitablement face à des calamités certaines", écrit dans un communiqué le Conseil norvégien des réfugiés (NRC).

"Ce qui se passe en RDC est une des pires crises au monde, mais personne ne semble s'en soucier" alors que "13 millions de personnes ont maintenant besoin d'une aide d'urgence", a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du NRC, lors d'une visite dans l'est du pays.

"Nous sommes déjà submergés par ce qui ressemble à un continent de crises, et nous, en tant qu'humanitaires, sommes si peu nombreux et sans moyen d'aider", ajoute-t-il.

"Les dirigeants mondiaux et le public n'ont pas compris que les guerres du Congo sont de retour et cette fois-ci à une échelle encore supérieure. Des hommes armés attaquent et maltraitent des femmes et des enfants sans défense chaque jour, déplaçant des millions de personnes ", explique M. Egeland.

La RDC fait face au plus grand nombre de personnes nouvellement déplacées dans le monde en 2016 et en 2017. Les opérations d’aide humanitaires dans ce pays "n'ont reçu que 52% des fonds nécessaires au cours de l'année écoulée. Les agences humanitaires sont sous-financées et dépassées par l'ampleur de cette méga-crise", affirme le NRC dans son communiqué.

Depuis mi-décembre, environs 200.000 personnes ont été déplacées en Ituri, région du nord-est, affectée par de conflits intercommunautaires, selon les humanitaires. Ces violences représentent un des nombreux conflits qui minent plusieurs régions congolaises. Les régions du Kasaï (centre), Nord et Sud-Kivu (est) ainsi que le Tanganyika (sud-est) sont aussi concernées par des violences.

La RDC compte 4,5 millions de déplacés, dont 1,7 million supplémentaires en 2017, d'après les estimations des humanitaires.

Ce pays a été ravagé par deux guerres entre 1996 et 2003.