Thaïlande: suicide d'un Canadien recherché pour trafic de drogue sur internet

Un Canadien arrêté en Thaïlande, recherché aux Etats-Unis qui le soupçonnent notamment d'être à la tête d'un important réseau internet de trafic de drogue, s'est suicidé dans sa cellule
Un Canadien arrêté en Thaïlande, recherché aux Etats-Unis qui le soupçonnent notamment d'être à la tête d'un important réseau internet de trafic de drogue, s'est suicidé dans sa cellule
afp.com - PORNCHAI KITTIWONGSAKUL
dans

Un Canadien arrêté en Thaïlande, recherché aux Etats-Unis qui le soupçonnent notamment d'être à la tête d'un important réseau internet de trafic de drogue, s'est suicidé dans sa cellule, a-t-on appris samedi de source policière.

Alexandre Cazes, un programmeur informatique de 26 ans, avait été arrêté à Bangkok le 5 juillet et devait être extradé vers les Etats-Unis où il est soupçonné d'être à la tête "d'un énorme marché internet de drogue et autres activités illégales", a précisé à l'AFP ce policier, sous réserve d'anonymat.

Mais l'homme s'est pendu lui-même dans sa cellule avec une serviette, le 12 juillet, selon le département narcotiques de la police, sans donner plus de détails sur cette affaire.

Selon des hypothèses formulées dans la presse et des forums sur internet, sans confirmation officielle pour l'instant, il pourrait s'agir d'AlphaBay, considéré comme le plus important et plus lucratif "marché noir internet" du monde, jusqu'à ce qu'il disparaisse brusquement, quelques heures après l'arrestation de Cazes.

Comme son prédécesseur Silk Road ("la route de la soie"), fermé par les autorités en 2013, AlphaBay, qui a pris de l'importance à partir de 2015, utilisait la technologie Tor et des monnaies virtuelles comme le Bitcoin pour protéger ses clients.

Outre la drogue, il vendait également des numéros de cartes de crédit et des faux papiers, a expliqué à l'AFP Nicolas Christin, professeur de sciences de l'informatique à l'université Carnegie Mellon, et son chiffre d'affaires était de 600.000 à 800.000 dollars par jour.

Marié à une Thaïlandaise, Alexandre Cazes menait une vie luxueuse, propriétaire notamment de trois maisons et quatre voitures, dont une Lamborghini, selon les autorités qui ont confisqué tous ses biens.