bossangoa

Depuis le 24 mars, jour du renversement du président Bozizé, l'Etat s'est effondré en Centrafrique. Des milices de paysans d'autodéfense, dites "anti-balakas", se sont créées en réaction aux exactions commises par les anciens rebelles Séléka. Pour tenter de ramener le calme, le secrétaire général des Nations Unies a proposé l'envoi prochain de 560 militaires. Mais en attendant, les violences se poursuivent.

Nos envoyés spéciaux ont enquêté sur le terrain.


Partager: 
Rebelles de la Séléka (photo AFP)
En Centrafrique, on ne parle plus de crise mais de chaos. Depuis le 24 mars, jour du renversement du président Bozizé par les...
Partager: 
De jeunes hommes armés patrouillent près d'une maison incendiée à Bogangolo en Centrafrique, le 11 octobre 2013. Photo :  Pacome Pabandji - AFP.
Les chefs d'Etat ou de gouvernement des dix pays membres de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC)...
Partager: 
Les camps de réfugiés de Centrafrique ne désemplissent pas et les organisation humanitaires dénoncent des manques de moyens...
Partager: 
Quel avenir pour la République centrafricaine après la dissolution de la rébellion Séléka par l'homme qu'elle a porté au pouvoir,...
Partager: 
Michel Djotodia a pris le pouvoir en RCA en mars 2013. Depuis, le pays s'enfonce dans la violence - ©AFP
Les combats ont repris en Centrafrique. Moins de six mois après le renversement de François Bozizé, au moins 60 personnes sont...
Partager: 

Pages

  • 1