BringBackOurGirls

En juillet 2014, ces jeunes filles de Chibok qui ont réussi à s'enfuir quelques semaines après leur enlèvement par Boko Haram, sont arrivées à Abuja, la capitale fédérale du Nigeria. Rescapées de viols et autres sévices, le retour dans leurs familles s'est avéré impossible...
C'était voilà deux ans, à Chibok, au Nigeria : dans la nuit du 14 au 15 avril 2014, 276 lycéennes étaient  arrachées à leurs familles et à leurs études par des combattants fanatiques de Boko Haram. Avant elles, après elles, d'autres adolescentes auront été enlevées. Comme Assiatou, 14 ans, raflée en novembre 2014, séquestrée et violée pendant trois mois. Un calvaire qu'elle a raconté à la journaliste Mina Kaci.
 
Partager: 

Pages

  • 1