Accident de Fukushima : le premier procès s'ouvre

SJT TEPCO

Six ans après l'accident nucléaire de Fukushima, le procès d'anciens dirigeants de la société exploitante de la centrale Tokyo Electric Power (Tepco) s'ouvre ce vendredi 30 juin 2017 au Japon.

dans

Rappel des faits


Le 11 mars 2011 à 14H46 heure locale, un séisme de magnitude 9 survient au large des côtes nippones. Malgré l'alerte au tsunami, plus de 18 000 personnes meurent emportées par un gigantesque raz-de-marée. Lorsque celui-ci atteint la centrale nucléaire de Fukushima, l'eau pénètre dans les bâtiments des réacteurs. Trois des six réacteurs ne sont pas refroidis et entrent alors en fusion. Le gouvernement nippon donne l'ordre d'évacuer les alentours de la centrale sur un rayon de 3 kilomètres.
Les 12, 14 et 15 mars, plusieurs explosions se produisent dans les bâtiments des réacteurs. D'importantes quantités de substances radioactives sont libérées dans l'atmosphère. La zone d'évacuation est étendue à 20 kilomètres autour de la centrale. Plus de 100 000 personnes doivent quitter leur domicile.
Un mois plus tard, l'Agence de sûreté nucléaire japonaise classe l'accident de Fukushima en catégorie 7 (le niveau maximal) sur l'échelle internationale de gravité des désastres atomiques, comme le fut l'accident de Tchernobyl en Ukraine.
Le 22 avril, le gouvernement décide d'évacuer quatre communes situées en dehors du rayon des 20 kilomètres mais qui ont été fortement contaminées. 
Le 11 décembre, le gouvernement annonce que la situation est stabilisée et que la centrale est dans un état d'arrêt à froid. 
Le 11 juin 2012, une plainte est déposée par des citoyens contre des responsables de Tepco, des représentants de l'Autorité de sûreté nucléaire et des experts. Mais la plainte est classée sans suite pour la plupart des personnes poursuivies, seuls trois anciens dirigeants de Tepco pourraient se voir assignés en justice.
Le 5 juillet de la même année, un rapport officiel fustige l'attitude des autorités. Selon ce rapport, la catastrophe nucléaire ne serait pas due uniquement au tsunami mais serait "un désastre causé par l'homme". 
Le 31 juillet, un comité juridique composé de citoyens estime que les trois anciens dirigeants de Tepco visés par la plainte de 2012 doivent être inculpés pour "négligence" ayant entraîné la mort. 
Le 29 février 2016, la justice renvoie les trois dirigeants de la société d'exploitation devant un tribunal. Le début de leur procès est fixé au 30 juin.


Un premier procès très attendu

Une centaine de personnes, en majorité des habitants de Fukushima, ont fait le déplacement jusqu'à Tokyo ce vendredi pour assister à l'ouverture du procès et voir les prévenus.
Tsunehisa Katsumata, 77 ans, ancien président du conseil d'administration de Tepco, Sakae Muto, 66 ans et Ichiro Takehuro, 71 ans, anciens vice-PDG du groupe sont jugés pour "négligence ayant entraîné la mort". Il est reproché aux trois hommes de ne pas avoir pris de dispositions supplémentaires face au risque d'un raz-de-marée dépassant les standards de construction de la centrale.

Et lorsque le raz-de-marée a lieu en mars 2011, les opérations d'évacuation n'ont pas été préparées et sont conduites dans l'urgence. Elles entraînent la mort de 44 personnes, treize autres sont blessées. Mais au-delà de ces morts, c'est la vie de nombreuses personnes qui a aussi été bouleversée. "Ce que j'ai perdu le 11 mars 2011, c'est une vie normale. Moi qui ignorait tout du danger des réacteurs nucléaires, j'en suis à ma septième année d'évacuation" témoigne un ancien habitant de Fukushima à l'AFP. Ruiko Muto, la présidente de l'association à l'origine des poursuites, espère que ce procès permettra "que les prévenus prennent conscience de leur colère et chagrin". 

Devant les juges, Tsunehisa Katsumata a présenté ses excuses "pour les énormes soucis causés aux résidents de la région et à travers le pays".
 

Les trois ex-dirigeants plaident non coupables

Pour autant, les trois anciens dirigeants de Tepco ont plaidé non coupables. "Il était impossible de prévoir l'accident" a déclaré l'ex-président du conseil d'administration devant les juges. Une position partagée par les deux autres co-accusés. Pour Sakae Muto, "un accident comme celui-ci n'était pas prévisible". 

Pourtant en 2008, une étude interne à Tepco évoque déjà le risque de tsunami mais la diffusion de ce rapport se serait arrêtée à la direction de la division nucléaire et ne serait pas arrivée jusqu'aux accusés. 
Le procureur quant à lui, entend démontrer que le risque de raz-de-marée était connu mais que les dispositrions nécessaires n'ont pas été prises. 

Les victimes espèrent un verdict aussi rapide que possible. Quant au site de Fukushima, il faudra attendre une cinquantaine d'années pour qu'il puisse être totalement assaini.