Accord historique sur le nucléaire iranien

Un accord qui surgit au coeur de la nuit. Après cinq jours de négociations marathon, l'Iran et le groupe dit "5 + 1" (États-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France et Allemagne) ont mis au point un plan d'action sur le nucléaire iranien. Contrôle contre levée des sanctions internationales...

dans
L'Iran et les grandes puissances ont scellé dans la nuit de samedi à dimanche à Genève, en Suisse, un premier accord historique pour contenir le programme nucléaire iranien. Au terme de cinq jours de négociations marathon à Genève et d'un blackout médiatique total sur le climat et l'évolution des tractations, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton est venue l'annoncer. Elle était entourée du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et des six chefs de la diplomatie du groupe 5+1 (États-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France et Allemagne).

Simultanément à Washington, lors d'une intervention solennelle depuis la Maison Blanche, le président américain Barack Obama a assuré que cet accord obtenu à l'arraché "barre le chemin le plus évident" de la république islamique vers une bombe atomique.
Le président Obama a toujours dit qu'il ferait tout -- y compris recourir à la force -- pour empêcher l'Iran de se doter d'armes nucléaires. Les Occidentaux et Israël soupçonnent Téhéran de dissimuler un volet militaire derrière son programme civil.
M. Obama a pris soin de qualifier cet accord intérimaire de six mois de "première étape importante", soulignant les "énormes difficultés" persistant dans ce dossier qui empoisonne la communauté internationale depuis une décennie.
 
Son homologue iranien Hassan Rohani, réputé modéré et qui a lancé une politique d'ouverture vers l'Occident depuis son électon en juin, a salué une entente qui allait "ouvrir de nouveaux horizons". Son ministre des Affaires étrangères, M. Zarif, a salué "un résultat important mais (qui) est seulement un premier pas". "Nous avons mis en place une commission conjointe pour surveiller la mise en place de notre accord. J'espère que les deux parties pourront avancer d'une manière qui puisse rétablir la confiance", a dit le ministre, notamment entre Téhéran et Washington qui ont rompu leurs relations diplomatiques en avril 1980.
M. Zarif a également réaffirmé le "droit inaliénable" de son pays à l'enrichissement d'uranium". Le texte de Genève contient une "référence claire selon laquelle l'enrichissement va continuer", a-t-il martelé, très applaudi par la presse et la délégation iraniennes venues en nombre à Genève.

Droit à l'enrichissement


Le droit à l'enrichissement d'uranium n'est pas mentionné dans le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) dont l'Iran est signataire.
Cette question est au cœur des inquiétudes des pays occidentaux et d'Israël, qui craignent que l'uranium enrichi à 20% soit utilisé par l'Iran pour obtenir de l'uranium à 90% pour un usage militaire, malgré les dénégations de Téhéran. L'Iran affirme que cet uranium est destiné à son réacteur de recherche et à des fins médicales.
Succédant à M. Zarif devant la presse dimanche à l'aube, le secrétaire d’État John Kerry a paru prendre son contre-pied. L'accord de Genève, a-t-il insisté, "ne dit pas que l'Iran a le droit à l'enrichissement (d'uranium), quoiqu'en disent certains commentaires d'interprétation". "L'Iran a accepté de suspendre l'enrichissement d'uranium au-delà de 5%. L'Iran a accepté de dégrader ou de convertir son stock d'uranium enrichi à 20 %", a détaillé M. Kerry, parlant d'"une première étape" avant une prochaine "phase beaucoup plus difficile".
M. Kerry, parrain de la reprise des négociations directes israélo-palestiniennes, a également voulu rassurer Israël qui s'est farouchement opposé ces dernières semaines à tout allègement des sanctions contre l'ennemi iranien. Un accord nucléaire "complet rendra le monde (...) les partenaires de la région et l'allié Israël plus sûrs", a promis le secrétaire d'Etat. Alors que les relations américano-israéliennes traversent une crise, M. Kerry a affirmé qu''il n'y avait pas la moindre différence entre les États-Unis et Israël sur l'objectif final qui est que l'Iran n'aura pas de bombe nucléaire". La réaction de l'Etat hébreu ne s'est pas fait attendre : à l'ouverture du conseil des ministres, à Jerusalem, il a parlé d'une "erreur historique"."Israël n'est pas lié par cet accord" insiste t'il.


En images

24.11.2013Récit de Nicolas Dudouet
En images