Affaire Trayvon Martin : son tueur acquitté, la colère de la rue

Plus d'un mois après l'ouverture de son procès, Georges Zimmerman a été acquitté par la justice américaine ce samedi 13 juillet. Il était accusé du meurtre de Trayvon Martin, 17 ans, tué d'une balle dans le ventre le 26 février 2012. L'affaire, qui a mobilisé toute la communauté noire du pays, continue d'indigner. Aux quatre coin des États-Unis, des milliers de manifestants se sont réunis pour dénoncer ce qu'ils appellent un "crime racial". Le président Barack Obama a lancé dimanche un appel au calme.

dans

“Nous sommes tous des Trayvon Martin“

“Nous sommes tous des Trayvon Martin“

Retour sur l'affaire qui divise l'Amérique

10.06.2013Par Léa Baron

Trayvon Martin : Dans un quartier résidentiel de Sanford en Floride (États-Unis), Trayvon Martin, 17 se trouve chez son père ce dimanche 26 février 2012. Sorti pour acheter des sucreries dans une épicerie, il est seul dans la rue, portant son pull à capuche. Il est abattu d'un coup de feu dans le ventre en pleine rue par un voisin. Ce dernier soucieux des cambrioleurs, trouvait cet adolescent suspect. Trayvon Martin est retrouvé seul, mort, sans arme, avec un paquet de bonbon à la main.

Le tueur a un nom : George Zimmerman. Également habitant de la résidence de Sanford, il est membre d'un groupe de surveillance, à l'affût des jeunes qui errent dans le quartier. Cet homme est aussi un grand passionné d'armes à feu. Face à la police, il affirme avoir tiré en état de légitime défense après avoir subi une attaque de l'adolescent. Après son arrestation, la police le relâche. George Zimmerman assure alors qu'il a d'abord assené Trayvon de coups de poing. Mais aucune trace de lutte n'apparaît sur le visage de l'adolescent lors du visionnage d'image de vidéo de surveillance de la police.


Débat sur les armes : En Floride, une loi votée en 2005 "Stand Your Ground", grâce au soutien du lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), accorde l'impunité à une personne tirant sur une autre si elle représente un danger.

Caché : Se sentant menacé, George Zimmerman, 28 ans vit reclus chez lui. Devenu injoignable pour ses avocats, ces derniers décident de ne plus assurer sa défense. Zimmerman lance alors une campagne de dons sur internet afin d'assurer sa défense.


Justice : le 11 avril 2012, la justice américaine entame enfin des poursuites pour meurtre contre George Zimmerman. Il comparaît pour la première fois devant le juge le 12 avril. Il plaide alors non coupable.

Photo OCTAVIAN CANTILLI
Photo OCTAVIAN CANTILLI
Émotion et divisions : La mort de Trayvon révèle une Amérique divisée. D'un côté, les communautés noires américaines se soulèvent et manifestent pour la capture du meurtrier et l'ouverture d'une enquête. De l'autre, les conservateurs ou défenseurs des armes à feu soutiennent l'acte de George Zimmerman qui dit avoir agit en cas de légitime défense. Cette affaire met à vif les cicatrices de la ségrégation aux États-Unis et de la lutte des Noirs américains. Des marches sont organisées, menées par les parents de Trayvon ou des figures de la défenses des droits civiques comme Al Sharpton ou Jesse Jackson.

Le président Barack Obama s'en mêle et fait une déclaration forte : "Si j'avais un fils, il ressemblerait à Trayvon". En hommage à l'adolescent tué, des marches appelées "Million Hoodie March" sont organisées dans différents Etats du pays. Plus d'un million de personnes signent une pétition.

L'enquête avait été finalement ouverte le 20 mars 2012, près d'un mois après la mort de l'adolescent grâce à la pression de la rue.

Rebondissements : le 23 avril 2012, George Zimmerman reconnaît devant le juge avoir tué Trayvon Martin mais continue de plaider la légitime défense. "Je suis désolé pour la perte de votre fils. Je ne connaissais pas son âge. Je pensais qu'il était un peu plus âgé que moi. J'ignorais s'il était armé ou non", déclare Zimmerman lors de l'audience. A la fin de sa comparution, le tueur présumé est remis en liberté sous caution dans l'attente de son procès. Coût de la caution : 150 000 dollars. Il devra porter un bracelet électronique.
Mais un juge de Floride annule sa mise en liberté sous caution. Retour par la case prison. Et Zimmerman aurait mentit sur sa situation financière pour faire baisser le prix de sa caution.

Début juin 2012, George Zimmerman est tout de même relâché contre 100 000 dollars soit 10% de la caution de 1 million de dollar fixée par le juge. Il avait réussi à réunir sur internet 210 000 dollars grâce aux dons de personnes qui le soutiennent.

George Zimmerman libéré, grâce à des internautes

07.07.2012Par nos confrères de la RTS.
George Zimmerman libéré, grâce à des internautes