Afrique

Vidéo : "Allemand et Noir en plus ! ", le témoignage rare d'un métis sous le Troisième Reich

Viéo Allemand et noir en plus
Sophie Golstein, Julie Müntzer et Christophe Harnoy.

C'est un témoignage rare. Theodor Michael Wonja est un Allemand d'origine camerounaise, né en 1925. Le Cameroun, pour mémoire, est une ancienne colonie allemande. Il a vécu tant bien que mal sous le Troisième Reich. Il raconte ce qu'il a traversé dans son livre "Allemand et Noir en plus ! (Duboiris), qui vient de paraître en France, trois ans après sa publication en Allemagne. 

dans

Il était le plus jeune fils de Theophilius Wonja Michael, originaire de Bimbia1 au Cameroun, ancienne colonie allemande, et de son épouse allemande née Martha Wegner. La famille avait encore trois autres enfants : James (né en 1916), Juliana (née en 1921) et Christiana.

Sa mère mourut dès 1926. Théodor fut élevé comme un demi-orphelin dans une famille d'accueil qui présentait un « zoo humain2 » et dès 1927, à l'âge de deux ans, il y était figurant. En 1934 son père mourut et les enfants furent séparés. En 1939 il termina sa scolarité primaire, mais n'eut pas le droit de suivre une formation en raison des lois raciales de Nuremberg. Il travailla d'abord comme portier dans un hôtel de Berlin, mais fut renvoyé parce qu'un client s'était plaint de la couleur de sa peau. Le même motif lui valut de ne pas être incorporé dans la Wehrmacht. Il gagna sa vie comme acteur de cirque et comme figurant dans les films coloniaux de l'UFA. Il joua entre autres dans Münchhausen (au côté de Hans Albers, entre autres), où il avait un petit rôle. Jusqu'en 1942 environ 100 films sur la période coloniale allemande furent tournés sous les auspices du ministère du Reich à l'Éducation du peuple et à la Propagande. Ils étaient tournés en Allemagne avec des acteurs noirs auxquels ils donnaient du travail et qu'ils mettaient à l'abri de la persécution. Sur les intentions de ces films Wonja ne se faisait pas d'illusions : « Nous étions les nègres dont on avait besoin. Pour nous, c'était une question de vie ou de mort ». En 1943 on l'envoya aux travaux forcés et il fut interné dans un camp de travail près de Berlin jusqu'à la libération par l'Armée rouge.

Après 1945, il travailla comme employé civil pour les forces d'occupation américaines. Il passa l'Abitur et fit à Hambourg et à Paris des études de sciences politiques sanctionnée par un diplôme d'économie. Il travailla comme journaliste et devint rédacteur en chef de la revue Afrika Bulletin. Il fut, entre autres, conseiller gouvernemental du SPD et chargé de cours à la Fondation allemande pour la coopération internationale. Il joua dans des rôles importants au théâtre, au cinéma, à la télévision et à la radio.

Ce n'est qu'en 1960 qu'il retrouva son frère James et sa sœur Juliana, qui vivaient encore. Aujourd'hui, il vit à Cologne et est un membre actif de la communauté noire allemande.

(Wikipédia)