Analyse du journaliste Luc Beyer de Ryke

dans

“C'est le Liban sans la guerre civile“

Ancien présentateur du journal télévisé de la RTBF et ex-député européen, Luc Beyer de Ryke analyse la querelle linguistique qui empoisonne la Belgique depuis des décennies.

Issu de la bourgeoisie francophone des Flandres, il comprend "la revanche sociale" des Flamands mais dénonce toute volonté "d'éradication" du français.


Entretien réalisé par Paul Germain et Martin Vanden Bosshe
TV5 Monde 19'19

29 avril 2010
“C'est le Liban sans la guerre civile“


Publication de Luc Beyer de Ryke

Ce livre, La Belgique en sursis aux éditions François-Xavier de Guibert, vient à point nommé nous éclairer sur la crise politique qui sévit en Belgique depuis bientôt un an. L’auteur nous donne à comprendre cette nation si fragile, ce « Liban de l’Europe », dans ses méandres historiques, ses complexités linguistiques, territoriales et culturelles.

Il met à mal quelques clichés, notamment celui d’un ultranationalisme qui ne serait que flamand ou cette image d’une résistance pendant la seconde guerre mondiale qui n’aurait été que wallonne. Il revient sur les imbrications presque inextricables entre ces deux communautés (sans oublier la petite partie germanophone), où le dominé d’hier est devenu le dominant économique, et où on peut trouver des leaders flamands à nom francophone et inversement, tant les brassages se sont fait géographiquement depuis la fondation de ce pays en 1830.

Luc Beyer de Ryke tente aussi de nous initier, non sans humour, aux arcanes de la politique belge avec ses couches superposées comme dans un mille-feuilles.

Sylvie Braibant