Attentat à Londres : des suspects arrêtés

Londres suspects
© TV5MONDE

La police britannique a arrêté un deuxième suspect dans l'attentat à la bombe commis dans le métro londonien à Parsons Green vendredi 15 septembre et revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique.

dans
Un homme âgé de 21 ans a été arrêté dans la banlieue ouest de Londres, à Hounslow,  aux alentours de 23h50 samedi, a précisé un communiqué de la police dimanche 17 septembre. Samedi matin, un suspect âgé de 18 ans avait été arrêté, quelques heures après l'attentat qui a fait 30 blessés.

La police avait précisé samedi soir qu'elle recherchait d'éventuels complices. "Notre priorité (...) est d'identifier et localiser tout autre suspect potentiel", avait déclaré Neil Basu, un responsable de l'antiterrorisme au sein de la police londonienne lors d'un point presse. 

L'attentat -le cinquième en six mois au Royaume-Uni- a été perpétré dans une rame en pleine heure de pointe vers 08h20, dans la station de Parsons Green, située dans un quartier aisé du sud-ouest de Londres, au moyen d'un engin explosif artisanal. L'arrestation du premier suspect, âgé de 18 ans, qualifiée de "très importante" par la police, est intervenue dans la zone de départ du port de Douvres, un point de transit vers l'autre rive de la Manche.

Le niveau d'alerte maximale instaurée

Dans un message télévisé diffusé à l'issue d'une réunion d'urgence du gouvernement, la ministre de l'Intérieur, Amber Rudd, a souligné samedi qu'il était "beaucoup trop tôt" pour dire s'il était connu des forces de l'ordre, comme l'avait affirmé la veille Donald Trump sur Twitter. Ces propos du président américain avaient fâché la Première ministre Theresa May. 

La police a partiellement évacué samedi un quartier résidentiel de Sunbury-on-Thames, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Londres, établissant un cordon de sécurité d'un rayon de 100 mètres autour d'une maison pour y mener une perquisition.
Craignant une autre attaque "imminente", le centre britannique d'analyse du terrorisme a maintenu samedi 16 septembre à "critique" le niveau d'alerte terroriste, relevé la veille à ce maximum pour la deuxième fois en quelques mois. 

1 000 policiers déployés

Theresa May a annoncé, dans un message télévisé vendredi, que des militaires seraient déployés sur des sites clés non accessibles au public, pour permettre un renforcement de la présence de policiers dans les endroits publics, notamment les transports, les endroits très fréquentés et les sites touristiques.

Le bilan de l'attentat aurait pu être bien pire, selon Theresa May, qui a estimé vendredi que l'engin explosif était destiné à faire "d'énormes dégâts". Des photos diffusées sur Twitter montraient un seau blanc en train de brûler mais peu abîmé, dans un sac de congélation de supermarché LIDL à l'intérieur d'un wagon du métro, et dont sortaient des fils électriques.

Un témoin, Peter Crowley, avait dit avoir vu "une boule de feu". Les restes de la bombe sont examinés par des scientifiques, selon la police. Interrogée par l'AFP, celle-ci n'a pas souhaité commenter des informations de médias britanniques selon lesquelles le retardateur de la bombe n'avait pas fonctionné et l'engin contenait des clous et du TATP, un explosif prisé des jihadistes. 

Le Royaume-Uni a été frappé ces derniers mois par une vague d'attaques qui ont fait 35 morts, dans un contexte de multiplication des attentats jihadistes en Europe.
Le gouvernement britannique a dit dimanche vouloir conclure avec l'Union européenne un nouveau traité de sécurité, qui permettrait de poursuivre la coopération en matière de lutte contre le crime et le terrorisme après le Brexit.
"Un traité fournirait une base légale pour poursuivre la coopération policière, sécuritaire et pénale après notre sortie de l'UE", a expliqué l'exécutif dans un communiqué diffusé avant la publication prochaine d'un document de travail sur le sujet.