Attentats à Bruxelles : l'enquête s'accélère

La police belge sur les lieux d'une opération antiterroriste dans la commune de Schaerbeek à Bruxelles, vendredi 25 mars 2016. 
La police belge sur les lieux d'une opération antiterroriste dans la commune de Schaerbeek à Bruxelles, vendredi 25 mars 2016. 
©AP Photo/Alastair Grant

Suivi des opérations et enquêtes policières belges et françaises depuis les attentats de Bruxelles.
Un suspect blessé qui a été arrêté, est lié au projet d'attentat déjoué en France. 

dans

Mise à jour du 27/04/16 17 h 30 TU

-Place de la Bourse, 200 manifestants nationalistes ont perturbé les hommages rendus aux victimes. La police a usé de canons à eau pour les disperser. Une dizaine de manifestants ont été interpellés.
-Treize nouvelles perquisitions ont été menées dimanche dans le pays, quatre personnes sont toujours en garde à vue.



Mise à jour du 27/06/16 à 10h30 TU :

-11 H 10 TU : Internationales en direct de Bruxelles reçoit le bourgmestre de la ville

-Malgré l'annulation de la marche contre la peur , la foule est attendue sur la place de la Bourse qui sert de lieu de recueillement à Bruxelles.
- A la demande de la justice belge, la police italienne a arrêté samedi soir un Algérien dans le sud du pays.

Mise à jour du 26/03/16 à 16h 15 TU :
Les organisateurs de la "marche contre la peur" de dimanche annoncent son annulation pour raison de sécurité. Ils répondent ainsi à  la demande des autorités.
 

La foule toujours présente sur le mémorial de la Place de la Bourse à Bruxelles, samedi 26 mars 2016.<br />
(AP Photo/Geert Vanden Wijngaert)
La foule toujours présente sur le mémorial de la Place de la Bourse à Bruxelles, samedi 26 mars 2016.
(AP Photo/Geert Vanden Wijngaert)

Mise à jour du 26/03/16 à 13: 15 TU :

L'un des suspects arrétés jeudi par les autorités belges, Fayçal C.,  pourrait être le troisième auteur des attentats à l'aéroport de Bruxelles. C'est une annonce du parquet fédéral belge ce samedi. Il pourrait être alors cet "homme au chapeau" reperé sur les caméras de surveillance. Fayçal C. a été inculpé "d'assassinats terroristes".

Mise à jour du 26/03/16 à 11 h 30 TU :

-L'aéroport de Bruxelles - Zaventem, frappé par l'attentat restera fermé jusqu'à lundi au moins annonce la société gestionnaire.

-Sous la pluie, des Belges en deuil se sont rassemblés vendredi soir place de la Bourse  à Bruxelles. Un hommage aux 31 morts et 300 blessés des attentats de mardi. Une "marche contre la peur" doit avoir lieu au départ de cette place, dimanche à la mi-journée. Elle sera retransmise en direct sur TV5Monde.

-Les polices française et belge multiplient les actions contre les réseaux djihadistes. Trois nouvelles interpellations et deux perquisitions ont eu lieu vendredi  à Bruxelles. La police a tiré sur les jambes d'un des suspects en pleine rue.
Samedi matin, un robot de la police a fait exploser un sac à dos abandonné dans le quartier La Bascule (centre de Bruxelles).

-Le président français François Hollande assure que le réseau qui a commis les tueries de Paris et de Bruxelles "est en voie d'être anéanti", mais qu'il y a "d'autres réseaux".

-Salah Abdelslam, suspect-clé des attentats de Paris et arrêté la semaine dernière à Bruxelles refuse désormais de coopérer avec les enquêteurs belges. Il ne s'oppose plus à son extradition vers la France.


 

La police bruxelloise a mené vendredi 25 mars après-midi une opération antiterroriste d'ampleur à Schaerbeek (Bruxelles).

Les témoins et les journalistes sur place ont entendu plusieurs détonations. D'après la RTBF qui a joint le bourgmestre de la ville, Bernard Clerfayt, "une personne, blessée a été interpellée".  
Cette opération de police est liée à celle menée la veille au soir à Argenteuil en France. 

Images exclusives de Sudpresse :
 







Cette opération antiterroriste est liée au projet d'attentat déjoué en France jeudi 24 mars, selon l'AFP. Une opération dans laquelle un homme, Reda Kriket, a été arrêté à Boulogne en banlieue parisienne. 

Une enquête qui s'accélère

L'interpellation jeudi24 mars au matin de Reda Kriket, 34 ans, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a conduit dans la soirée les policiers à un appartement d'Argenteuil (Val d'Oise) près de Paris.

Dans cette planque, plusieurs fusils d'assaut dont des kalachnikovs et des explosifs - parmi lesquels une petite quantité de TATP - ont été retrouvés. Des composants entrant dans la composition du TATP ont également été découverts, ont expliqué des sources policières.

"A ce stade, aucun élément tangible ne relie ce projet aux attentats de Paris et de Bruxelles", a affirmé jeudi soir le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

L'homme interpellé jeudi 24 mars pour un projet d'attentat en France avait été condamné en son absence avec Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques du 13 novembre, l'an passé à Bruxelles dans un procès de filière jihadiste vers la Syrie.


En Belgique, dans la nuit de jeudi à vendredi, la police a interpellé six personnes dans le cadre de l'enquête. Trois d'entre elles étaient "devant notre porte", a précisé un porte-parole du parquet fédéral dont les bureaux se trouvent en plein centre de Bruxelles, à côté du Palais de justice.

Selon le quotidien La Libre Belgique, ces trois personnes étaient à bord d'une voiture mais aucun détail n'a filtré sur les motifs de leur présence en face du bâtiment du parquet fédéral.