Info

Attentats à Bruxelles : le jour d'après

Des fleurs et des bougies déposées Place de la Bourse dans le centre de Bruxelles après les attentats le mardi 22 mars 2016. 
Des fleurs et des bougies déposées Place de la Bourse dans le centre de Bruxelles après les attentats le mardi 22 mars 2016. 
©AP Photo/Martin Meissner

Au lendemain des deux attentats revendiqués par le groupe Etat islamique qui ont frappé Bruxelles, l'enquête progresse. Trois kamikazes ont été identifiés comme les auteurs des explosions dans l'aéroport et dans le métro. 

dans

 

Trois kamikazes identifiés


Trois hommes ont été clairement identifiés par la police comme faisant partie des auteurs ayant perpétré les attentats à Bruxelles, le mardi 22 mars. Le dernier bilan fait état de 31 morts et 270 blessés. Et le niveau d'alerte 4 reste maintenu dans le pays. 
 

Les trois suspects ayant certainement perpétrés les attentats dans l'aéroport et dans la station de métro de Bruxelles le 22 mars 2016. 
Les trois suspects ayant certainement perpétrés les attentats dans l'aéroport et dans la station de métro de Bruxelles le 22 mars 2016. 
capture d'écran


Selon le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw qui a donné une conférence de presse à la mi-journée, Ibrahim El Bakraoui (au centre de la photo, avec un pull noir) a participé à l'attentat contre l'aéroport. Il a été identifié par ses empreintes. Le procureur a indiqué qu'un testament d'Ibrahim El Bakraoui avait été retrouvé dans un ordinateur jeté dans une poubelle. Le kamikaze y affirmait "ne plus savoir quoi faire."

Son frère, Khalid El Bakraoui a lui aussi été identifié par ses empreintes. Selon le procureur, ce dernier est l'auteur de l'explosion dans la station de métro de Maelbeek. Les deux frères "ont des antécédents judiciaires lourds non liés au terrorisme", a souligné le procureur ce mercredi 23 mars au matin.

Ces deux kamikazes identifiés sont soupçonnés d'avoir loué des planques en Belgique pour les commandos des attentats de Paris.

Khalid El Bakraoui aurait notamment loué, sous une fausse identité, un appartement à Charleroi (sud) d'où sont partis les auteurs des attentats du 13 novembre à Paris juste avant de les commettre.

>> Le lien entre les attentats de Paris et de Bruxelles est-il crédible ? Analyse de Didier Leroy, spécialiste de l'anti-terrorisme et de groupe Etat islamique. 

didier leroy analyse attentats bruxelles
Interview de Didier Leroy, spécialiste de l'anti-terrorisme et de l'organisation Etat islamique.


Khalid El Bakraoui est également celui qui aurait loué, toujours sous une fausse identité, l'appartement dans la commune bruxelloise de Forest. C'est qu'une perquisition a dégénéré en fusillade la semaine dernière, accélérant brusquement la traque d'un suspect-clé des attentats de Paris : Salah Abdeslam. Il a été arrêté vendredi 18 mars par la police à Molenbeek après plus de 4 mois de traque.

Selon le président turc Erdogan, l'un des kamikazes de Bruxelles, Ibrahim El Bakraoui, avait été arrêté en juin 2015 en Turquie avant d'être expulsé.  Cette information n'a pas été confirmée par les autorités belges. 

En fin de journée, l'homme se trouvant à gauche avec un pull noir sur la photo de la vidéo surveillance a été identifié. Il s'agit du deuxième kamikaze de l'aéroport : Najim Laachraoui. Il est soupçonné d'être l'un des artificiers des attentats de Paris du 13 novembre.

Toujours selon nos confrères de la RTBF, Najim Laachraoui était connu des services belges : "Les autorités savaient que Laachraoui s’était rendu en Syrie dès 2013. Il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international depuis le 18 mars 2014. Ce qui ne l'a pas empêché de voyager de Syrie vers la Belgique sans être inquiété."


Un homme à la veste claire sur photo de la vidéo surveillance serait toujours en fuite. Le procureur a aussi confirmé à la mi-journée l'arrestation d'un individu dans la matinée à Anderlecht sans révéler son identité.  

La police a également retrouvé mardi 22 mars 15 kilos d'explosifs type TATP, 150 litres d'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs, une valise remplie de vis lors d'une perquisition à Bruxelles. 


>> Entretien avec le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders :

©L'Invité/TV5MONDE


Que faire après les attentats ? 

>> Entretien avec Jamal Ikazban, député de Bruxelles (PS) et chef de l'opposition à Molenbeek. Il réagit aux attentats qui on frappé la capitale belge. 
 

©TV5MONDE

Minute de silence, deuil national


Drapeaux en berne, trois jours de deuil national et ce mercredi 23 mars une minute de silence a été respectée un peu partout dans le pays. Place de la Bourse à Bruxelles, plusieurs milliers de personnes se sont réunies dans le silence avant de finir par des applaudissements.

Le couple royal belge, le Premier ministre Charles Michel, accompagné de son homologue français Manuel Valls, et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker se sont recueillis au siège de la Commission, au coeur du quartier européen.

minute de silence bruxelles


Les rédactions de la Libre belgique et de la Dernière heure ont également respecté ce moment de recueillement. 


Une marche contre la peur sera organisée ce dimanche à 14h à Bruxelles.
Le match Belgique-Portugal, prévu mardi 29 mars, initialement prévu à Bruxelles, aura lieu au Portugal, à la demande de la ville de Bruxelles pour des "raisons de sécurité et par mesure de précaution". 

Soutien international


Soutien international Avant la presse ce matin qui témoignait son soutien à la Belgique et son désarroi, des marques de soutien ont été exprimés depuis mardi soir. Des monuments comme la Tour Eiffel à Paris ont été éclairés aux couleurs de la Belgique.

Des dessinateurs ont publié sur internet leurs dessins exprimant leur grande tristesse après les attentats.