Info

Au Canada, un sikh de confession à la tête du nouveau Parti démocratique

Jagmeet Singh vient d’être élu chef du Nouveau Parti Démocratique, l’un des principaux partis politiques du Canada qui forme l’opposition officielle à la Chambre des Communes. Il devient le premier chef politique issu des communautés culturelles du Canada, marquant ainsi l’Histoire du pays.

dans

"Je suis ici seulement parce que des gens ont repoussé les obstacles. Je me suis rendu ici grâce à leur courage et j’espère être en position de donner la même inspiration à d’autres".
Jagmeet Singh a tenu à ce que son discours de victoire soit rassembleur en tendant immédiatement la main vers ses rivaux dans la course à la direction ainsi que leurs partisans. "Nous sommes le parti qui construit un meilleur Canada, c’est en nous que nous pouvons voir l’avenir de notre pays. Nous pouvons voir à quel point le Canada sera formidable avec un gouvernement néo-démocrate" .

Jagmeet Singh a été élu au premier tour par près de 54% des militants. C’est donc une victoire sans équivoque pour cet avocat de 38 ans né en Ontario qui était jusqu’ici député dans la chambre provinciale de l’Ontario, où il portait déjà les couleurs néo-démocrates.  

Un défi important : séduire le Québec

Jagmeet Singh a rapidement charmé les Néo-Démocrates de l’Ontario et de la Colombie-Britannique, mais sa candidature a suscité beaucoup moins d’enthousiasme au sein des membres québécois du parti. Le fait qu’il porte kirpan et turban a dérangé plusieurs députés québécois, alors que les questions de laïcité et de neutralité religieuse sont très sensibles au Québec. L’un d’entre eux, Pierre Nantel, a déclaré récemment que les signes religieux portés par Jagmeet Singh sont incompatibles avec ce que les Québécois veulent voir chez leurs politiciens. Une déclaration qui a soulevé une controverse et qui a déplu à d’autres députés québécois qui, eux, ont appuyé la candidature de Jagmeet Singh, voyant en lui un digne successeur au chef regretté Jack Layton, emporté par un cancer à l’été 2012. Jagmeet Singh, qui parle couramment français, a donc tenu dans son discours après sa victoire à tendre la main vers les Québécois.

Je sais ce que c’est que d’être marginalisé en raison de sa langue. Je serai un allié dans la défense et la promotion de votre culture. Les Québécois et les Francophones peuvent compter sur moi.Jagmeet Singh

Le nouveau chef du NPD a aussi parmi ses priorités la réconciliation avec les peuples autochtones, la lutte contre le réchauffement climatique et la réduction des inégalités sociales.

Les défis du nouveau président

Jagmeet Singh doit maintenant se faire élire à la Chambre des Communes et il dispose de deux ans pour se préparer aux prochaines élections fédérales qui auront lieu en 2019. Deux ans à peaufiner sa stratégie électorale, à courtiser les électeurs canadiens et à fourbir ses armes pour affronter le premier ministre Trudeau, bien en selle pour l’instant pour assurer sa réélection, et le nouveau chef du Parti conservateur qui lui est encore peu connu des électeurs. La scène politique canadienne va ainsi gagner un peu de piquant !