BD : “Clichés de Bosnie“, d'Aurélien Ducoudray

Du journalisme à l’humanitaire, dans Clichés de Bosnie, Aurélien Ducoudray s’interroge sur les motivations des anonymes engagés dans des ONG, de ces volontaires qui donnent aux autres de leur temps et d’eux-mêmes. Et lui, photographe de presse, que fait-il ?

dans
BD : “Clichés de Bosnie“, d'Aurélien Ducoudray


A lire ou relire des mêmes auteurs

Par la rédaction de TV5Monde
© Futuropolis 2013
© Futuropolis 2013
Aurélien Ducoudray et François Ravard ont sorti une première BD à quatre mains en 2011 : La Faute aux Chinois, chez Futuropolis (voir ci-contre). Un scénario plusieurs fois récompensé, qui nous plonge dans la vie quotidienne de Français moyens avec leurs hauts et surtout leurs bas. Une comédie noire sur fond de crise économique.

Aurélien Ducoudray s’est associé à un autre dessinateur pour Békame. L’histoire d’un jeune immigré fan de foot qui, clandestin en France, rêve d’Angleterre. 

Enfin, Championzé ou l’épopée du boxer sénégalais Battling Siki, avec Eddy Vaccaro aux crayons. De la gloire à la déchéance.

Aurélien et François ont d’autres projets… Aurélien devrait nous emmener au Zaïre sur les traces des folies et facéties de Mobutu.

“Clichés de Bosnie“ en images


“Clichés de Bosnie“ en images


Pour en savoir plus sur Aurélien Ducoudray

© Futuropolis 2013
© Futuropolis 2013
Photographe pour la presse régionale à Châteauroux, Aurélien Ducoudray se sent à l'étroit. Sur un coup de tête, il décide de partir en reportage au-delà des frontières. Au hasard d'une rencontre, il "atterrit" dans les camps de réfugiés bosniaques en 2004. Depuis, il est retourné en Bosnie et a tenté de retrouver les portraits tirés lors de sa première visite, mais Srebrenica est devenu un lieu trop médiatique pour lui. Par souci de liberté, il a décidé de raconter cette expérience en bande dessinée.

En bonus à la fin du volume, une série de photos... on n’oublie pas ses premières amours.
Aujourd’hui, Aurélien Ducoudray lorgne plutôt vers l’Afrique.

© Futuropolis 2013
© Futuropolis 2013

Et sur Francois Ravard

© Futuropolis 2013
© Futuropolis 2013
Pour Clichés de Bosnie, François Ravard ne pouvait grimer les personnages, les ambiances et les lieux sans aller sur place. Il a donc fait le voyage à Sarajevo pour mieux s’en imprégner. On adore ses portraits, les traits tirés des femmes, les sourires des enfants.

Le jeune dessinateur normand a aussi opté pour le noir et blanc dans son polar Hamlet 1977, paru chez Casterman. Une libre interprétation de Shakespeare dans les bas-fonds de la mafia.