Belgique : grève des cheminots francophones

grève cheminots francophones
©TV5MONDE/propos recueillis par Mohamed Kaci

Pierre Mallet, correspondant de la RTBF à Paris, revient sur les raisons qui poussent les cheminots belges à faire grève depuis mardi soir. Le mouvement a été bien suivi en Wallonie, avec seulement 15% des trains en circulation mercredi matin. En Flandre, le trafic était assuré à 68%, confirmant un clivage croissant entre les deux principales régions belges.

dans
Dans le système fédéral belge, les syndicats figurent parmi les dernières institutions nationales réunissant en principe néerlandophones de Flandre et francophones de Wallonie. Mais des divergences sous-jacentes entre syndicalistes flamands et francophones sont apparues au grand jour à l'occasion de la grève du rail prévue mercredi et jeudi.

Lancé initialement au niveau national par les branches cheminots des deux plus grands syndicats belges, la CSC et la FGTB, le préavis d'arrêt de travail sur le rail pour les 6 et 7 janvier a été unilatéralement levé fin décembre par leurs branches flamandes, alors que les ailes francophones maintenaient leur mot d'ordre contre le plan d'économies touchant la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB).

Résultat : seuls 15% des trains ont circulé entre 06H00 et 09H00 mercredi sur les grands axes en Wallonie, contre 68% en Flandre, selon la SNCB et Infrabel, le gestionnaire du réseau.

Comme prévu, les liaisons internationales (Thalys, Eurostar, ICE...) sont totalement interrompues depuis le début du mouvement, mardi à 22H00. Le trafic devrait reprendre normalement vendredi matin.

Le parti nationaliste flamand N-VA, principale force du gouvernement, a profité de cette grève à deux vitesses pour réclamer une scission opérationnelle du réseau ferré belge, dont de nombreuses lignes traversent le pays du nord au sud.

"Est-ce nécessaire ou utile qu'une ligne aille d'Anvers (nord) à Charleroi (sud) et d'Ostende (nord-ouest) à Liège (sud-est) ? Si les cheminots font grève à Liège, en tant que Flamand vous avez un problème alors que vous voulez rejoindre Bruxelles depuis Gand", a déclaré le chef de la N-VA et maire d'Anvers, Bart De Wever.

La N-VA, qui prône l'indépendance à terme de la Flandre, appuie depuis des années son argumentation par l'existence selon elle de "deux démocraties" en Belgique, l'une flamande à l'idéologie d'orientation néolibérale et l'autre wallonne, plus marquée par l'emprise des syndicats.

"Les syndicats font le jeu de la N-VA", qui "reçoit sur un plateau une scission symbolique de l'unité du pays - sur le combat social, là où l'unité semblait la plus "inaltérable", relevait mercredi le journal francophone Le Soir.