Belgique : l'enquête se poursuit sur la fusillade à Forest

La police belge sécurise les lieux après le raid mené mardi 15 mars 2016 à Forest.
La police belge sécurise les lieux après le raid mené mardi 15 mars 2016 à Forest.
©AP Photo/Thierry Monasse

Deux suspects sont toujours activement recherchés par les services de police belge, au lendemain de la perquisition anti-terroriste à Forest (Bruxelles). Ce mercredi matin, lors d'une conférence de presse, le parquet fédéral a révélé l'identité d'un tireur abattu lors de la fusillade.

dans
Le procureur fédéral belge Frédéric van Leeuw a livré, ce mercredi 16 mars, l'identité de la personne retrouvée morte dans l'appartement où la perquisition a été menée la veille lors d'une opération de police belgo-française dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris. 

L'un des tireurs dans l'appartement, tué par un tireur d'élite se nomme Mohamed ​Belkaïd. Né en Algérie le 9 juillet 1980, il était en situation illégale sur le territoire belge et n'était pas connu des autorités judiciaires ou de police sauf pour "un vol simple en 2014".  Un livre salafiste et un drapeau du groupe Etat islamique ont été retrouvés dans l'appartement ainsi que 11 chargeurs de kalachnikov. Aucune trace d'explosif, contrairement à ce que certains médias, notamment américains annoncaient mardi.

duplex
©TV5monde


Le porte-parole du parquet fédéral a signalé que deux personnes toujours en fuite "sans laisser de trace" après la fusillade, étaient "activement" recherchées. 

La perquisition a été menée par une équipe de 6 policiers, 4 belges et 2 français. Quatre d'entre eux ont été légèrement blessés dont une policière française au moment où ils intervenaient dans un immeuble de la rue du Dries, à Forest. Au moins deux personnes ont tiré sur eux à l'aide d'un riot-gun et d'une kalachnikov. L'échange de de tirs a été bref mais nourri. Le pistolet d'un agent, qui tenait un bélier en mains, a été touché alors qu'il se trouvait toujours dans sa gaîne, à la hanche du policier.

D'autres perquisitions ont eu lieu depuis hier soir rue de l'Eau à Forest ainsi qu' à Leeuw Saint Pierre. Une trentaine de boxes de garage et un hangar ont été visités dans la nuit, sans résultat.

Deux personnes, dont une blessée à la jambe, et qui est encore à l'hôpital de Hal, ont été interpellées et doivent être entendues par la police. Il n'est pas encore certain que ces individus soient impliqués dans la fusillade, a indiqué le parquet fédéral.

Portrait-robot d'un suspect de la fusillade établi par les enquêteurs belges (source La Dernière Heure, via RTBF)
Portrait-robot d'un suspect de la fusillade établi par les enquêteurs belges (source La Dernière Heure, via RTBF)

Selon le journal La Dernière Heure, un portrait-robot a bien été réalisé par les services d'enquêtes dans le cadre de la fusillade de Forest. Depuis, la RTBF a eu confirmation qu'un portrait robot a bien été envoyé à toutes les polices du Royaume. Il était destiné à rester en interne, mais a fuité dans la DH de ce mercredi matin. L'individu recherché est de type nord-africain et est âgé entre 25 et 28 ans. Il mesure 1m85 et est de corpulence mince. Il est armé et dangereux.

Selon la Dernière Heure les deux suspects en fuite pourraient être Khalid et Ibrahim El Bakraoui .


Les quatre policiers, blessés lors de l'opération, ont pu quitter l'hôpital, a indiqué mercredi le ministre de l'Intérieur Jan Jambon sur les ondes de Radio 1 (VRT). Deux d'entre eux avaient déjà pu regagner leur domicile mardi.

Interrogé sur la manière dont la police avait évalué la situation et si elle ne l'avait pas sous-estimée, Jan Jambon a répondu que chaque perquisition faisait toujours l'objet d'une évaluation des risques. "Si l'opération est considérée comme dangereuse, la Direction des Unités Spéciales (DSU) s'en charge. Mais les terroristes n'attendent pas derrière la porte que les forces de l'ordre entrent, ce sont des professionnels qui se jouent de la police. Neuf fois sur dix, l'évaluation est correcte, mais parfois il en va autrement".

Selon Jan Jambon, les critiques sont toutefois inappropriées à ce stade de l'enquête, "alors que la police s'y investit jour et nuit".

Charles Michel a expliqué au micro de Bel RTL ce mercredi matin que les opérations policières allaient continuer. "Après cette nuit, il y a des opérations de police qui vont se poursuivre dans les heures et les jours qui viennent. La menace reste présente", a notamment indiqué le Premier ministre.

"La Belgique maintient son niveau d'alerte anti-terroriste inchangé", a déclaré mercredi après-midi Charles Michel à l'issue de la réunion du Conseil national de sécurité.

Retrouvez le fil des évènements dans notre article.