Belgique : le Premier ministre Charles Michel reçoit le vice-président américain

En tournée européenne, le vice-président américain Mike Pence fait halte ce dimanche soir à Bruxelles pour rencontrer Charles Michel. Au menu des conversations : les inquiétudes européennes face à la politique économique et internationale de Trump.

dans

Ce dimanche soir, le vice-président américain Mike Pence est arrivé en Belgique où il s'est entretenu avec le Premier ministre Charles Michel. Les deux hommes font une courte déclaration vers 18h30 devant la presse, puis ils se retireront pour partager un dîner devant lequel ils discuteront des relations entre les Etats-Unis, la Belgique et l’Europe.

► Suivez le Live de nos partenaires de la RTBF à partir de 18h30.

Charles Michel a d'ores et déjà révélé ce qu’il tiendra comme discours devant Mike Pence. Le Premier ministre belge réaffirmera d’abord l’importance d’une amitié solide entre les deux pays.

Une conversation vérité

Puis il abordera plusieurs thématiques qui inquiètent les Européens car, dit-il, ilil tient à défendre les intérêts européens. Le Premier ministre partagera ses interrogations quant aux déclarations et décisions de Donald Trump sur trois axes. Charles Michel veut " une conversation vérité". "Je n’aurai pas peur de dire ce que je pense", ajoute-t-il.

Les Européens ont besoin de multilatéralisme

Charles Michel est convaincu que les Etats-Unis et l’Europe ne sont capables de résoudre les problèmes mondiaux qu’ensemble. Or selon le Premier ministre belge, le président Donald Trump a affiché des positions qui vont contre le multilatéralisme, notamment en parlant de baisse de financement pour les Nations unies et l’Otan.

L'isolationnisme 

Sur le plan économique, l’isolationnisme pose des problèmes "pour la croissance mondiale" et les Européens ont besoin de clarté selon le Premier ministre.

Une tradition de valeurs communes

Le Premier ministre à Mike Pence qu’en matière de démocratie, d’Etat de droit, de liberté de la presse et de liberté des cultes, il constate un problème aux Etats-Unis. Il veut réaffirmer que "concernant les valeurs, nous avons une tradition forte de partage de valeurs communes".  Il se dit inquiet face aux attaques du président américain contre les musulmans.

Ensuite, concernant la politique internationale et particulièrement "en ce qui concerne le Proche-Orient, je suis inquiet d’entendre les propos du président américain au sujet d’un déménagement de l’ambassade ou d’une solution à un Etat. On ne joue pas avec des allumettes dans ce dossier."

En phase avec Merkel

​Le Premier ministre belge se dit en phase avec le discours tenu hier par Angela Merkel à la conférence annuelle sur la sécurité à Munich. Il affirme d’ailleurs que les Européens sont alignés sur le sujet - c'est ce qui ressort du sommet de Malte, qui s’est tenu au début du mois de février 2017.

Le hiatus président / vice-président

Enfin, le Premier ministre Charles Michel s’interroge sur la démarche du vice-président américain, qu'il qualifie de "bizarre". En effet, depuis son arrivée sur le sol européen, Mike Pence n'a de cesse de rassurer les alliés. Voilà qui tranche avec le discours du président américain Donald Trump. Charles Michel remerciera donc Mike Pence pour ses propos rassurants, mais il dira aussi que "nous voulons des actes" qui vont dans le même sens dans les prochains mois.