Info

Belgique : un nouveau gouvernement en Wallonie

Willy Borsus, nouveau ministre-président de Wallonie
Willy Borsus, nouveau ministre-président de Wallonie

Deux partis centristes sont parvenus mardi à un accord de gouvernement en Wallonie, région francophone de la Belgique, après plusieurs semaines de crise. Le nouveau ministre-président est Willy Borsus.

dans
Deux partis centristes sont parvenus mardi à un accord de gouvernement en Wallonie, région francophone de la Belgique, après plusieurs semaines de crise consécutive à l'éviction du Parti socialiste (PS), miné par des scandales financiers.
 

Willy Borsus succède à Paul Magnette


Le Mouvement réformateur (MR, libéral) et le Centre démocrate humaniste (CDH, ex-Parti social-chrétien) sont convenus de former un nouveau gouvernement wallon, ont annoncé leurs présidents, Olivier Chastel et Benoît Lutgen.

La composition de ce gouvernement a été annoncé ce mercredi 26 juillet. Il compte sept ministres, contre huit pour le précédent cabinet. Willy Borsus devient le nouveau ministre-président de la Wallonie, en remplacement de Paul Magnette. Il était jusqu'ici ministre de l'Agriculture et des PME au gouvernement fédéral. Son vice-président est Pierre-Yves Jeholet, nommé ministre de l'Economie, de l'Emploi et de la Formation.
Le MR et le CDH disposent désormais d'une courte majorité (38 sièges sur 75) au Parlement de Wallonie, l'assemblée législative de cette région francophone, dont le siège est à Namur (sud).

le ministre-président wallon, le socialiste Paul Magnette, héros de la la bataille du Parlement local contre l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA) à l'automne dernier, doit de facto quitter ses fonctions.

Le nouveau gouvernement wallon devrait être connu vendredi et le nouveau ministre-président prêter serment le même jour, selon les médias belges. 
La crise avait éclaté le 19 juin lorsque le dirigeant du CDH, Benoît Lutgen, avait décidé de lâcher son partenaire socialiste, avec lequel il était au pouvoir dans les régions francophones de Belgique depuis 2004.

Retournement d'alliance inattendu


Pour justifier ce retournement d'alliance inattendu, à deux ans des élections régionales de juin 2019, M. Lugten avait mis en avant les affaires "profondément choquantes" qui touchent depuis des mois le PS. Ce dernier, qui a crié à "la trahison", a vu depuis le début de l'année plusieurs de ses mandataires mis en cause.

D'abord dans le cadre du scandale "Publifin", du nom d'une société semi-publique basée à Liège (sud-est), dont des administrateurs (socialistes, mais pas uniquement) sont soupçonnés de rémunérations abusives. Puis, début juin, dans l'affaire dite du Samusocial, qui a poussé à la démission le bourgmestre (maire) socialiste de Bruxelles Yvan Mayeur.

En revanche, la crise n'est toujours pas réglée pour les institutions de Bruxelles et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, où le CDH a également rompu son alliance avec les socialistes, en l'absence de nouvelle majorité.