Belgique : une crèche pour enfants juifs cherche police d'assurance

Bruxelles, le Palais royal
Bruxelles, le Palais royal
(créative commons)

En Belgique, une crèche organisée par l'European Jewish Association  n'a pas pu renouveler sa police auprès de son assureur. Au moment de renouveler le contrat, l'assureur a invoqué un risque d'attentat trop important. Le courtier a finalement trouvé un autre assureur, mais l'EJA dénonce une situation pour le moins anormale.

dans

L'European Jewish Association se présente comme la plus importante fédération d'organisations juives d'Europe. Elle s'est donnée pour mission de renforcer l'identité juive en Europe, de défendre les intérêts de la communauté juive et d'améliorer l'image de l'Etat d'Israël en Europe.

L'EJA a ouvert il y a plusieurs années une crèche pour les enfants de la communauté juive de Bruxelles, à deux pas de la Place Jourdan, à Etterbeek, en plein cœur du quartier européen. L'établissement accueille entre 20 et 30 tout-petits. Le pouvoir organisateur est donc tombé de haut quand il a appris, via son courtier, que l'assureur de la crèche refusait de renouveler le contrat. Motif invoqué: un risque d'attentat trop élevé.

Suppléer aux autorités

Pour l'EJA, il appartient aux autorités -belges et européennes- de garantir la sécurité des associations et institutions juives. Le refus de l'assureur se révèle dès lors interpellant. Finalement, le courtier a pu trouver une autre compagnie pour assurer la crèche. La personne que nous avons contactée au sein de l'EJA n'a pas été en mesure de nous fournir le nom de la compagnie d'assurances concernée.