Ben Laden tué : justice ou entorses au droit international ?

"Justice est faite !". C'est par ces mots que le président Barack Obama a annoncé, lundi 2 mai 2011 à 4 h GMT, qu'un commando américain avait tué le terroriste Ben Laden, au Pakistan. La nouvelle a été saluée par presque tous les chefs d'État à travers le monde. Seul Ismaïl Haniyeh, Premier ministre à Gaza, du mouvement palestinien Hamas, a condamné l'assassinat du fondateur d'Al Qaïda, auteur des attentats du 11 septembre 2011 aux États-Unis, et de quelques autres depuis à travers le monde.
Alain Gresh, directeur adjoint du Monde diplomatique et l'un des meilleurs spécialiste du Moyen Orient s'interroge sur la légalité, voire l'opportunité, de cette action commando. Tandis que Matt Sanchez, journaliste à Fox News, résolument engagée aux côtés de l'administration Bush, pour les guerres en Irak ou en Afghanistan, estime qu'il valait mieux prendre Ben Laden mort que vivant.

dans

La guerre contre le terrorisme justifie-t-elle l’usage de tous les moyens ?

02.05.2011par Alain Gresh
La mort d’Oussama Ben Laden sous les coups d’un commando américain a soulevé une approbation unanime des gouvernements européens, et peu de critiques dans les médias : qui ne se réjouirait pas de la mort du responsable des attentats du 11-Septembre ? Pourtant, cette « opération » pose question : la guerre contre le terrorisme justifie-t-elle l’usage de tous les moyens ? signifie-t-elle la suspension de l’état de droit ? a-t-on le droit de tuer quelqu’un chez lui plutôt que de le traîner devant les tribunaux ? (.../...)

La mort de Ben Laden est la victoire de l'action du “long bras de la justice“.

02.05.2011par Matt Sanchez
Dimanche soir à la télévision (lundi matin pour l'Asie, l'Afrique et l'Europe), le président Barack Obama, a annoncé la mort de Oussama Ben Laden, le présumé auteur des attaques de 11 septembre. La réaction a été immédiate. Presque dix ans après les attaques du 11 septembre, les Américains se permettent de célébrer une victoire solide dans une lutte parfois éphémère. À Washington, des foules se ressemblent devant la Maison Blanche et chantent l’hymne national. (.../...)

La Une du Devoir (Québec) annonçant la mort de Ben Laden


La Une du New York Times du 2 mai 2011, annonçant la mort de Ben Laden : “Justice a été faite.“