Info

Vidéo Benoît Hamon : "Manuel Valls ne peut pas rassembler la gauche"

Hamon
© TV5MONDE

Grand témoin du 64' de TV5MONDE, Benoît Hamon, ancien ministre de l'économie sociale et solidaire, est aujourd'hui candidat à la primaire de la gauche française en vue de l'élection présidentielle en 2017 : quels sont ses projets ?

dans
- "Je me réjouis que depuis l'adoption de la loi de l'économie sociale et solidaire, l'on puisse créer une entreprise sociale en France, dans tous les domaines, et décidé de lui donner une utilité sociale, qu'elle serve à l'intérêt général. De ne pas se contenter de créer une entreprise pour dégager des bénéfices et des profits. Qui se saisit de cette opportunité ? Des milliers de jeunes entrepreneurs. Cela montre que beaucoup de ceux qui crée une activité aujourd'hui veulent lui donner du sens."

 - "Notre rapport au travail va changer, il n'y aura plus les mêmes carrières linéaires, on passera d'un contrat de travail salarié à un statut de travailleur indépendant, ou auto-entrepreneur, on se formera, on aura peut-être une année sabbatique pour créer un projet d'activité : cette vie sera celle de jeunes actifs dans un contexte où la numérisation va raréfier le travail. C'est une bonne nouvelle, les besoins de l'humanité sont satisfaits avec de moins en moins de travail humain nécessaire parce que le travail des hommes est remplacé par le travail des machines. La question ? Quel protection sociale demain ? C'est la proposition que je fait d'un revenu universel d'existence qui nous permette de retrouver de l'autonomie et de la liberté par rapport au travail."

- "Qu'est-ce qui aurait dû nous rassembler ? Ce qui aurait dû nous rassembler c'est par exemple l'opposition au traité du CETA. Ce qui devrait nous rassembler, c'est un arc européen de gauche qui de Podemos à Syriza, en passant par le PSOE, le SPD, voire Die Linke, nous permette aujourd'hui de faire face à l'effondrement du projet européen. Aussi une politique raisonnable mais généreuse d'accueil des réfugiés et des migrants. Sur ces grands moments, nous aurions dû nous rassembler, ce qui n'a pas été."

- Manuel Valls ne peut pas rassembler la gauche : de la déchéance de nationalité à  la loi travail, en passant par le discours de Munich (...) C'est pas que je ne respecte pas ce qu'il dit, mais il ne pourrait pas faire gagner la gauche."