Info

“On a besoin d'armes et d’argent, on ne veut pas d'intervention étrangère“

dans

“On a besoin d'armes et d’argent, on ne veut pas d'intervention étrangère“

"On a surtout besoin d'armes et d’argent. On ne veut pas d'intervention étrangère car on ne veut pas que les occidentaux restent ensuite en Syrie pour des intérêts qui leur sont propres" raconte Mahmood, un opposant syrien à Beyrouth qui a pris cette photo quand il était encore à Homs. "C’est difficile de se procurer de l’armement et on ne peut pas faire le poids face à Assad si on n’est pas armés. Pour les munitions, on passe davantage par la Turquie que par le Liban. Mais les prix ont quasi triplé. Une balle coûte 5 dollars et une kalachnikov dans les 1200 dollars !"

Pour lutter contre le trafic d’armes dans le Nord Liban, le ministre libanais de la Défense Fayez Ghosn a affirmé que "deux brigades de l’armée libanaise sont déployées tout au long de la frontière avec la Syrie". "Personne ne peut nier que des armes transitent bel et bien vers la Syrie depuis le Liban, mais l'armée fait son possible pour empêcher ce trafic, en hausse dernièrement, et toute personne arrêtée est remise à la justice" a-t-il indiqué au célèbre quotidien An-Nahar