Biens mal acquis : perquisition dans les beaux quartiers

Nouvel épisode dans l'affaire des biens mal acquis. La justice française a mené mardi une perquisition dans l'appartement du fils du président de la Guinée Equatoriale. Appartement situé Avenue Foch, l'une des artères les plus luxueuses de la Paris, à deux pas des Champs-Elysées. Lentement, l'enquête suit son cours. 

dans

Les Faits

Le reportage de la Rédaction de TV5Monde mardi 14 février 2011 à Paris lors de la perquisition Avenue Foch.
Les Faits

Pour aller plus loin

17.11.2011D. Delos
Entretien en novembre 2011 avec le journaliste Xavier Harel, co-auteur du livre "le scandale des biens mal acquis" et Jean-Pierre Versini, avocat du président Congolais.
Pour aller plus loin

L'Affaire des biens mal acquis

L'affaire débute en mars 2007 par une plainte de plusieurs associations auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris. Elle vise cinq chefs d'états africains et leurs familles. Mais l'enquête contre les dirigeants Gabonais, Congolais, Burkinabé, Angolais et Equato-guinéen est classée sans suite en novembre 2007. En décembre 2008, nouvelle plainte déposée par Transparency International France, l'Association Sherpa et un citoyen Gabonais. Cette plainte pour "recel de détournements de fonds public" vise cette fois les seuls dirigeants Gabonais, Congolais, et Equato-guinéen. L'enquête vise à comprendre comment ils ont pu s'offrir des appartements et autres biens généralement luxueux ainsi que remplir des comptes bancaires en France ou dans des banques étrangères présentes sur le territoire français. En Espagne, une enquête pour blanchiment a aussi été ouverte contre le président de la Guinée Equatoriale. Elle porte sur 19 millions d'Euros.