Guyane : la grève générale s'invite dans la course à l'Élysée

Sujet Sophie Roussi

Trente-sept syndicats réunis au sein de l'Union des travailleurs guyanais ont voté ce samedi 25 mars 2017 une grève générale illimitée pour ce lundi. Le mouvement s'appelle le "Kolèktif pou la Gwiyan Dékolé", ("collectif pour le décollage de la Guyane", en créole guyanais). Il est composé de citoyens mobilisés contre l'insécurité et pour la santé.

dans
Coincée entre le Surinam et le Brésil... la Guyane, n'en déplaise à Emmanuel Macron, n'est pas une île, comme la Guadeloupe ou la Martinique.

La Guyane appartient au continent sud-américain avec un accès à la mer de 312 km et une population estimée à 250.000 habitants, concentrée à 90% sur ce littoral. La Guyane a un statut de collectivité territoriale depuis 2015, c'est-à-dire qu'elle dispose d'une assemblée locale qui cumule les compétences du Conseil général et celles de la Région.

La grogne prend une dimension particulière ce lundi 27 mars 2017. 
Elle concerne des questions de développement économique, d'emploi, de santé et d'éducation. Les mécontents ont érigé une dizaine de barrages depuis la semaine dernière sur les points stratégiques du littoral. Ils ralentissent grandement la vie économique du territoire. L'aéroport Félix Éboué est fermé aux gros porteurs et les établissement scolaires sont, eux aussi, fermés depuis la semaine dernière.

Des hauts fonctionnaires dépêchés sur place mais pas de ministres


Bernard Cazeneuve, le Premier ministre français s'exprimait à la mi-journée depuis l'hôtel Matignon et il a expliqué qu'il veut signer un "pacte d'avenir" dans "les meilleurs délais".

Le gouvernement a dépêché sur place, une mission de hauts-fonctionnaires. Une initiative moyennement appréciée sur place. Les élus locaux veulent négocier directement avec un membre du gouvernement. Ils estiment que la ministre des Outremer, Ericka Bareigts, aurait dû interrompre son séjour à la Réunion pour se rendre en Guyane.

Bernard Cazeneuve a indiqué qu'une nouvelle zone de sécurité prioritaire allait être créée à Saint-Laurent du Maroni, au nord du territoire. Que les effectifs de gendarmerie avaient augmenté de 12 % depuis l'année dernière, soit 75 gendarmes de plus déployés au sein de la collectivité. Matignon prévoit l'envoi d'une délégation ministérielle, cette fois, avant la fin de la semaine, si les conditions sont réunies, à savoir un climat plus apaisé.

La Guyane, thème de campagne  

Cette colère a eu des effets sur la campagne présidentielle.
Pour Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise, "La Guyane, gangrénée par une insécurité générale touchant tous les secteurs, par un non-développement entretenu, (...) est devenue une terre de violence généralisée avec un taux de chômage à 40%, le plus élevé de France". 
François Fillon, le candidat les Républicains, évoque "une conséquence de l’échec de la politique de François Hollande et de son gouvernement qui depuis 5 ans ont multiplié les promesses sans aucun résultat"
En meeting à Lille, Marine Le Pen, a évoqué la crise guyanaise. Pour la candidate FN "Il est temps, enfin, que l'Outremer soit traitée à la hauteur de la chance qu'elle représente pour notre pays". Elle évoque un mépris du gouvernement pour l'Outremer. 
Benoît Hamon, le candidat PS, parle lui de "retards accumulés en Guyane
Christiane Taubira n'est elle, pas candidate à la présidentielle, mais l'ex-Garde des Sceaux, soutien de Benoît Hamon, est guyanaise. L'ancienne députée de la première circonscription a rencontré dès vendredi les élus de Kourou, dans la zone spatiale. 
Dans une lettre ouverte, les parlementaires de Guyane appelaient, dès jeudi, à ce que les discussions ne se tiennent pas à Paris, mais sur le sol guyanais.
De son côté, le département d'État américain avait estimé dès vendredi que les mouvements sociaux en cours risquaient de dégénérer. Il a déconseillé à ses ressortissants de se rendre en Guyane.
 
LES PRÉCÉDENTS
Sur les deux dernières décennies, la Guyane a connu plusieurs mouvements de grogne générale:
Décembre 2008
L'envolée des prix du carburant, alors même que le cours du baril de pétrole mondial était en chute, a été le détonateur de la colère des Guyanais. Un mouvement plus globalement contre la vie chère qui a paralysé le territoire pendant plusieurs semaines. Il s'est ensuite propagé aux Antilles et particulièrement en Guadeloupe, où le grand mouvement social de début 2009 a été le plus marquant.

Novembre 2000 
En marge de la mise en place de la loi d'orientation pour l'Outremer. Le volet institutionnel du texte suscitait le mécontentement des indépendantistes guyanais du komité pou nou démaré la Gwyan. ("comité pour faire démarrer de la Guyane", en créole guyanais). Le projet prévoyait à l'époque, la réunion en congrès des deux assemblées locales (Département & Région) sur des questions communes, mais avec un arbitrage final laissé au gouvernement à Paris.