Bob Dylan, prix Nobel de littérature 2016

Bob Dylan en concert à Los Angeles en 2012.
Bob Dylan en concert à Los Angeles en 2012.
© AP Photo/Chris Pizzello, File

C'est une surprise. Le prix Nobel de littérature 2016 a été décerné le jeudi 13 octobre à l'artiste américain Bob Dylan. Retour sur la carrière de ce chanteur et parolier mythique.

dans

Après la Bélarusse Svetlana Alexievitch en 2015, l'Académie suédoise a remis le prix Nobel de littérature à Bob Dylan pour l'édition 2016. Un choix qui a pris tout le monde de court.



Bob Dylan a été récompensé "pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d'expression poétique", a annoncé la secrétaire générale de l'Académie scandinave, Sara Danius.
 


Jusqu'à quelques heures avant la décision, c'est le Kényan Ngugi wa Thiong' suivi du japonais Haruki Murakami qui faisaient partie des favoris. 

A 75 ans, Bobo Dylan est le premier musicien à recevoir ce prix depuis sa création en 1901.
 

Chanteur, auteur, compositeur

Bob Dylan décoré de la médaille de la liberté par le président Barack Obama en 2012 à Washington.
Bob Dylan décoré de la médaille de la liberté par le président Barack Obama en 2012 à Washington.
© AP Photo/Charles Dharapak, File
Du troubadour folk des cabarets de Greenwich Village à New York à l'aube des sixties, jusqu'à la superstar décorée en mai 2012 par un de ses "fans", le président américain Barack Obama, Robert Allen Zimmerman de son vrai nom a toujours suivi son propre chemin de génie musical, rebelle et imprévisible.

Ce petit-fils d'immigrants juifs russes né à Duluth, Minnesota (Etats-Unis) continue de promener son harmonica et sa guitare aux quatre coins de la planète même s'il s'est fait plus rare ces dernières années sur scène et dans les médias. Il est attendu vendredi 14 octobre 2016 au festival des légendes du rock Desert Trip, en Californie.

Mick Jagger, chanteur des Rolling Stones, lui a rendu hommage, et le guitariste s'est mis au piano, terminant de jouer avec "Masters of War", son titre de 1963 sur les prémices de la Guerre Froide.

Bien que Dylan n'ait signé qu'un petit nombre de grands albums après l'apothéose créative des années 1965-1975, il reste, au même titre que le tandem Lennon-McCartney des Beatles, l'un des chanteurs-auteurs-compositeurs les plus influents de l'histoire de la musique, maintes fois recopié, jamais égalé.
                  

Artiste engagé

                  
Dans sa jeunesse, à l'instar de la plupart des adolescents américains, Bob tombe sous le charme du rock avec Elvis Presley et Jerry Lee Lewis avant de former son propre groupe.

En 1959, étudiant à l'Université de Minneapolis, il découvre les pionniers du blues, de la country et du folk : Robert Johnson, Hank Williams et Woody Guthrie. A cette époque, il adopte le nom de scène : Bob Dylan.

Abandonnant les études, il déménage à New York en 1961 pour fréquenter la scène musicale embryonnaire de Greenwich Village. Son premier album "Bob Dylan" (1962) est un fiasco. La percée se produit en 1963 avec l'album "The Freewheelin' Bob Dylan" et ses deux titres folk de protestation: "Blowin' in the Wind" (ci-dessous), chanson pacifiste qui sera un hymne des années 1960 contre la guerre au Vietnam, et "A Hard Rain's A-Gonna Fall".

En 1963, il participe à la "Marche sur Washington" autour de Martin Luther King.
"The Times They Are A-Changin'" est le morceau qui donne le titre à son troisième album en 1964. Son succès assoit sa réputation, alors qu'il s'éloigne du mouvement contestataire américain. En guise d'adieu, il écrit "It Ain't Me Babe" dans l'album significativement appelé "Another side of Bob Dylan". Il se lie avec la chanteuse Joan Baez avec qui il forme un temps le couple du "roi et de la reine du folk". 

En 1965, avec l'album "Bringing It All Back Home" - une collection acoustique et électrique qui choque les puristes du folk - il transforme l'écriture des chansons en fusionnant ses textes poétiques et surréalistes avec le rythme rock.
 

Blowin' In The Wind (Soufflé Dans Le Vent)

How many roads must a man walk down
Combien de routes un homme doit-il parcourir
Before you call him a man ?
Avant que vous ne l'appeliez un homme ?
Yes, 'n' how many seas must a white dove sail
Oui, et combien de mers la colombe doit-elle traverser
Before she sleeps in the sand ?
Avant de s'endormir sur le sable ?
Yes, 'n' how many times must the cannon balls fly
Oui, et combien de fois doivent tonner les canons
Before they're forever banned ?
Avant d'être interdits pour toujours ?
The answer, my friend, is blowin' in the wind,
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
The answer is blowin' in the wind.
La réponse est soufflée dans le vent.

How many years can a mountain exist
Combien d'années une montagne peut-elle exister
Before it's washed to the sea ?
Avant d'être engloutie par la mer ?
Yes, 'n' how many years can some people exist
Oui, et combien d'années doivent exister certains peuples
Before they're allowed to be free ?
Avant qu'il leur soit permis d'être libres ?
Yes, 'n' how many times can a man turn his head,
Oui, et combien de fois un homme peut-il tourner la tête
Pretending he just doesn't see ?
En prétendant qu'il ne voit rien ?
The answer, my friend, is blowin' in the wind,
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
The answer is blowin' in the wind.
La réponse est soufflée dans le vent.

How many times must a man look up
Combien de fois un homme doit-il regarder en l'air
Before he can see the sky ?
Avant de voir le ciel ?
Yes, 'n' how many ears must one man have
Oui, et combien d'oreilles doit avoir un seul homme
Before he can hear people cry ?
Avant de pouvoir entendre pleurer les gens ?
Yes, 'n' how many deaths will it take till he knows
Oui, et combien faut-il de morts pour qu'il comprenne
That too many people have died ?
Que beaucoup trop de gens sont morts ?
The answer, my friend, is blowin' in the wind,
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
The answer is blowin' in the wind.
La réponse est soufflée dans le vent.

                

Icône

                  
Son chef-d'oeuvre "Highway 61 revisited" (1965) avec la chanson "Like a Rolling Stone" et le double album "Blonde on Blonde" (1966) atteignent les sommets du rock-folk. Ses lunettes noires, ses boucles et son chapeau, le transforment définitivement en icône.

En 1966, après un accident de moto, il se retire vivre avec sa femme Sara, épousée l'année précédente. Il revient en 1969, avec l'album purement folk "John Wesley Harding", suivi par "Nashville Skyline" et ses mélodies country en duo avec Johnny Cash. De plus en plus il se détache des fans de folk et des milieux de gauche, refusant d'être l'étendard des contestations et des luttes de l'époque.

 
Bob Dylan à Londres en 1965.
Bob Dylan à Londres en 1965.
© AP Photo/File
Après le très critiqué "Self Portrait" réalisé en 1970 avec des reprises, Bob Dylan reste discret jusqu'en 1975 quand paraît "Blood on the Tracks", né durant sa séparation avec Sara.

A la fin des années 1970, il découvre le christianisme et déroute une partie de ses fans. Depuis les années 1980, son extraordinaire créativité s'est tarie, mais il parcourt la route sans relâche, sans toujours convaincre. Il était l'été 2012 en France au festival des Vieilles Charrues, où sa prestation a déçu. En 2011, il s'est produit pour la première fois dans un concert controversé en Chine, et au Vietnam.

Dans son 37e album studio sorti en mai "Fallen Angels", il interprète des standards américains popularisés par le "crooner" Frank Sinatra, avec un dépouillement classiquement "dylanien".

Le chanteur-compositeur a eu de nombreux imitateurs dans les années 1970 et influencé de nombreux artistes, dont Leonard Cohen, David Bowie, Jackson Browne, The Doors, Bruce Springsteen, Talking Heads, The Clash, Nick Cave ou encore Lenny Kravitz. "Là où l'on crée de la grande musique rock, il y a l'ombre de Bob Dylan, encore et toujours", affirme Bruce Springsteen.