Brésil : la crise au Venezuela déclenche une vague de réfugiés

venezuela_bresil
©TV5MONDE

La ville brésilienne de Manaus, au coeur de l'Amazonie, a décrété l'état "d'urgence sociale" face à l'afflux de migrants venus du Venezuela pour échapper à la crise dans leur pays. Plus de 8 200 Vénézuéliens demandent l'asile au Brésil, fuyant un pays en pleine crise sociale et politique.

dans
La ville brésilienne de Manaus, au coeur de l'Amazonie, a décrété l'état "d'urgence sociale" face à l'afflux de migrants venus du Venezuela pour échapper à la crise dans leur pays, a annoncé la municipalité lundi.

Depuis décembre, plus de 350 indiens de la tribu vénézuélienne des Warao ont investi les espaces publics de la ville de Manaus, fuyant un pays en pleine crise sociale et politique.

"En plus de la nécessité d'abriter cette population, la préoccupation principale des autorités publiques est le risque de dissémination de maladies" qui pourraient affecter tant les migrants que la population locale, a déclaré la municipalité de Manaus, la capitale de l'Etat brésilien d'Amazonas (nord-ouest), limitrophe du Venezuela, dans un communiqué.

Ce décret d'état "d'urgence sociale" avait été signé le 4 mai.

Depuis février, une résolution du Conseil national de l'immigration brésilien permet aux Vénézuéliens qui fuient la crise dans leur pays de demander un permis de séjour temporaire, et ce sans passer par les procédures complexes concernant normalement les réfugiés.

Depuis le début de 2017, le Brésil a reçu 8 231 demandes de réfugiés du Venezuela, soit le double des demandes issues de ce pays entre 2010 et 2016.

Le Congrès brésilien a approuvé en avril une nouvelle loi sur l'immigration visant à accorder les mêmes droits aux locaux et aux migrants en matière d'accès aux services de santé, à l'éducation et à la sécurité sociale. Ce texte, qui doit remplacer une loi datant de la dictature militaire (1964-1985), doit encore être signée par le président brésilien Michel Temer.