Info

Brésil : Lula condamné à douze ans de prison en appel

Brésil
©TV5Monde/Stephane Leroyer

Lula reste combattif. Malgré le jugement en appel qui a alourdi sa peine à plus de douze ans de prison, l'ancien président du Brésil confirme qu'il veut toujours se lancer dans la course à la présidentielle.

dans
Pour lui c'est une mascarade judiciaire et ce n'est pas la décision des juges qui l'empêchera d'être candidat à la présidentielle. Lula da Silva l'a répété en rejoignant une manifestation de ses partisans à Sao Paulo, juste après avoir pris connaissance de la confirmation en appel de sa peine de prison pour corruption par le tribunal de Porto Alegre.
 

Malheureusement nous devons condamner un ancien président, qui a commis un crime, qui a comploté, directement ou indirectement pour le commettre avec plusieurs autres, ce qui indique la nécessité d'une punition supérieure à la réprimande qui aurait normalement été requise. 

Joao Pedro Gebran Neto, juge de la Cour d'appel de Porto Alegre

La peine contre Lula da Silva est alourdie en appel, douze ans et un mois de prison contre neuf en première instance. Les trois juges de la Cour qui se sont prononcés à l'unanimité, précisent que la peine contre l'ex président brésilien
ne serait appliquée qu'une fois épuisés tous les recours de la défense.  Ce qui explique en partie la défiance actuelle de Lula da Silva, car de nombreux recours sont en effet encore possibles pour lui avant la présidentielle. Mais le fait que la décision des juges est unanime pourrait aussi limiter les possiblités de recours et accélerer la procédure, contre celui qui est le grand favori de la presidentielle d'octobre 2018 au Brésil.
 

Il faut que cette situation puisse être résolue parce qu'au Brésil il n'y a pas d'autre candidat comme Lula.

Manifestant en soutien à Lula da Silva
Lula da silva est accusé d'avoir reçu un appartement triplex avec vue sur mer d'un groupe de bâtiment brésilien en échange de marchés publics du géant pétrolier Petrobras quand il était président de 2003 à 2010. La défense de l'ancien président brésilien affirme que la Cour d'appel n'a apporté aucune preuve de ces accusations.