Cambodge : entretien exclusif avec Sam Rainsy

Depuis six mois le Cambodge vit au rythme des manifestations. La crise est sociale et politique. L'opposition accuse Hun Sen d'avoir confisqué les dernières élections. Les ouvriers veulent gagner plus. Depuis vingt ans, un opposant dénonce la corruption du régime de Phnom Penh. Autorisé à rentrer après des années d'exil en France, Sam Rainsy séduit une nouvelle génération d'électeurs. Il est le grand témoin du 64' de TV5MONDE.

dans
Cambodge : entretien exclusif avec Sam Rainsy

30.01.2013
Sam Rainsy est le chef du principal parti d'opposition, le Parti du Sauvetage national du Cambodge (CNRP). Le 28 juillet 2013, le soir-même des élections législatives, il se déclarait vainqueur, puis se rétractait. Invité du 64', il s'explique et parle de sa vision du régime actuel au Cambodge, dirigé par un Premier ministre, Hun Sen, depuis près de trente ans.

Après six mois de crise au Cambodge, il parle du "printemps cambodgien", de l'implication de la Chine dans ce conflit, de la fibre nationaliste et des revendications de ses concitoyens. Aux ouvriers du textile qui manifestent, il promet une augmentation substantielle et un salaire minimum. Ancien ministre des Finances en 1993, il évoque les limites de ces engagements.

Sam Rainsy a fait ses études à Paris, où ses parents étaient réfugiés politiques. Son français est parfait. Il s'exprime enfin sur son rapport à la langue française et les liens du Cambodge d'aujourd'hui à la francophonie.