Cambodge : fin du procès de deux dirigeants khmers rouges

Cambodge procès khmers
Commentaire de Sophie Golstein

La dernière audience du second procès pour crimes contre l'humanité des deux derniers hauts dirigeants khmers rouges encore en vie s'est tenue ce 23 juin. Khieu Sampahna et Noun Chea persistent à nier le génocide qui a décimé la population du Cambodge entre 1975 et 1979.

dans

Après plus de trois années d'audiences, durant lesquelles plus de 100 témoins sont passés à la barre pour dénoncer les décapitations, les viols, les mariages forcés, le cannibalisme, le verdict est attendu dans les mois à venir. Noun Chea, idéologue du régime de Pol Pot, n'a pas pris la parole, mais Khieu Sampan, 85 ans, l'ancien chef de l'Etat du Kampuchea démocratique, lui, s'en est pris, lui, une nouvelle fois, au grand voisin vietnamien : "Le Vietnam a inventé cette idée inacceptable du génocide cambodgien", a lancé-t-il, ressassant une rhétorique classique contre le grand voisin vietnamien.

Il a aussi réfuté avoir été au courant d'une politique de purification de la société ayant conduit à la mort de deux millions de Cambodgiens, soit un quart de la population, morts d'épuisement, de famine, ou à la suite de tortures et d'exécutions. Évoquant les témoignages des témoins ayant défilé à la barre, il a ajouté : "Ils ont parfois fait référence à moi comme étant un meurtrier... Mais le terme de meurtrier, je le rejette complètement".

L'idéologue du régime, Nuon Chea, 90 ans, a, quant à lui, refusé de prendre la parole et a observé la dernière audience du procès depuis une cellule spécialement aménagée dans le tribunal, pour qu'il puisse assister à son procès malgré sa santé fragile. "Nuon Chea se moque d'être condamné encore à la prison à vie... Il ne prend pas cette institution au sérieux", a déclaré son avocat, Victor Koppe, devant ce tribunal international créé avec le soutien de l'ONU.

Nuon Chea et Khieu Samphan, seuls hauts dirigeants du régime de Pol Pot encore en vie, comparaissaient pour leurs responsabilités dans le génocide des Vietnamiens et de la minorité musulmane des Chams et autres crimes perpétrés dans plusieurs camps de travail et prisons entre 1975 et 1979 au Cambodge. Ils ont déjà été condamnés à la prison à vie lors d'un premier procès. Le verdict est attendu fin 2017, mais aucune date n'a été donnée.