Céline Clément, candidate Front de Gauche

Engagée au Parti communiste depuis près de 20 ans, Céline Clément participe à la campagne pour la législative de la 1ère circonscription sous l'étiquette Front de Gauche. Elle souhaite agir pour une meilleure répartition des richesses et lutte contre la financiarisation de l'économie.

dans
Qui êtes-vous ?

Céline Clément, 39 ans, professeure en Psychologie et Sciences de l’Éducation à l'Université de Strasbourg. Je suis également professeure associée à l'Université du Québec à Montréal. Professionnellement je m'intéresse aux problématiques d'inclusion et de participation sociale des personnes présentant des troubles du développement, dont les troubles du spectre de l'autisme. J'ai vécu à Montréal de 2007 à 2009. J'y ai rencontré mon conjoint et j'ai une petite fille franco-canadienne.

Je suis engagée en politique au parti communiste depuis le milieu des années 90. Je fais également partie d'un syndicat intercatégoriel dans l'enseignement supérieur.

Pourquoi voulez-vous être députée des Français établis hors de France ?

Comme l'an passé, j'ai été sollicitée par les organisations du Front de Gauche, en particulier le PCF et le Parti de Gauche (PG) pour cette élection. Je connais les problématiques des Français de l'étranger lorsqu'ils sont à l'étranger (obtenir un visa, chercher un logement, faire face à l'isolement, avoir des soins adaptés, etc), mais aussi à leur retour (visa de mon conjoint, affiliation à la sécurité sociale, etc.). Le soutien du Front de Gauche fait aussi de ma candidature une candidature collective pour répondre à des aspirations collectives.

Sur quelles problématiques faites-vous campagne ?


Les problèmes que rencontrent les Français établis hors de France ont pour une partie une réponse en France et sont liés directement à la politique menée par le gouvernement EELV-PS.

Notre projet est fondé sur une politique qui vise une autre répartition des richesses et une lutte contre la financiarisation de l'économie (il s'agit entre autres de modifier la politique des prélèvements obligatoires en modulant les taxations sur les entreprises en favorisant celles qui investissent pour la production de richesses et non la spéculation).

Nous voulons favoriser l'écosocialisme, car nous ne pouvons pas penser les politiques économiques sans réfléchir à leurs conséquences sur notre environnement et son devenir (d'où notre engagement contre l'obsolescence programmée ou la surexploitation des énergies fossiles et l'exploitation du gaz de schistes).

Nous luttons contre toutes les formes de dominations et de discriminations. En particulier j'aurais souhaité que le projet du mariage pour tous inclue la Procréation Médicalement Assistée pour les couples de lesbiennes, tout en rejetant la Gestation Pour Autrui.

Les discriminations auxquelles font face les populations Roms nous préoccupent aussi particulièrement, tout comme celles liées au genre ou à l'orientation sexuelle.

Ces perspectives se déclinent pour les Français de l'étranger. Ainsi la politique de Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) conduit à un affaiblissement du réseau consulaire par la réduction du nombre de personnels. L'absence d'une vision innovante pour une école émancipatrice conduit à une réforme mal conçue des bourses pour les parents qui souhaitent envoyer leurs enfants dans le réseau de l'AEFE et l'absence de réflexion quant aux apprentissages en français pour les deux tiers des enfants et adolescents qui ne fréquentent pas le réseau de l'AEFE. Sur ce dernier point nous proposons que le CNED puisse se rénover pour répondre aux besoins des élèves grâce aux Technologies de l'Information et de la Communication.

De nombreux chercheurs post-doctorants et de jeunes chercheurs séjournent plus longtemps qu'ils le souhaiteraient en Amérique du Nord. La baisse des moyens du CNRS et des universités conduit depuis plusieurs années à une baisse du recrutement de chercheurs et d'enseignants-chercheurs. Elle n'est que partiellement compensée par une augmentation de personnels précaires. Nous proposons un plan de résorption de la précarité tout en incitant à une politique de coopération internationale du point de vue de la recherche et de l'enseignement.


Le site de campagne de Céline Clément