Info

Ces femmes qui ont peur de l'islamisme

dans

Ces femmes qui ont peur de l'islamisme


«Des lois protégeant les femmes existent déjà et je n'entends pas les modifier, qu'il s'agisse de l'âge légal du mariage, de la khola ou de l'excision.» dixit Moursi début juin. Mais pour les féministes, ces déclarations ne sont que des bonnes intentions. Rien de plus.
 
«Je n’y crois pas une seule seconde» prévient l’avocate Dina Hussein, co-fondatrice du Centre Egyptien des Droits de la Femme. « Les Frères sont convaincus que les droits de la femme représentent une menace pour l'équilibre de la société.». Elle rappelle que l'Égypte a adopté dans les années 2000 plusieurs lois progressistes sur le statut de la femme. « L'âge légal du mariage est passé de 16 à 18 ans, le harcèlement sexuel et l'excision sont devenus des infractions pénales, les droits des mères divorcées vis-à-vis de leurs enfants ont été consolidés. Tout ceci peut être remis en cause ». Et a bien failli l’être. La député islamiste Azza el-Garf a voulu réviser les textes encadrant le mariage, le divorce et la garde des enfants au motif qu'ils seraient « nuisibles à la société ». Face tollé auprès des féministes et libérales, ces projets ont été abandonnés.