Charlie Hebdo : l'hommage des dessinateurs

Peu après la tragédie, les dessins de Patrick Chappatte (haut gauche), Dilem (droite) et Plantu (bas gauche).
Peu après la tragédie, les dessins de Patrick Chappatte (haut gauche), Dilem (droite) et Plantu (bas gauche).

Les dessinateurs du monde entier se sont emparés de leurs crayons pour rendre hommage à leurs amis et collègues tués dans l'attentat qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo mercredi 7 janvier. Florilège.


dans
Ils sont français, algériens, tunisiens, américains, argentins, espagnols, hollandais, ... Tous ont décidé de ne pas faire taire leurs crayons pourtant endeuillés par la tuerie qui a touché la rédaction de Charlie Hebdo ce mercredi 7 janvier. Pas question pour tous ces dessinateurs de se murer dans le silence, de voir "l'encre se glacer dans les stylos" comme l'exprimait hier sur note site internet le dessinateur suisse Patrick Chappatte. Très ému par les décès de ses confrères Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et Honoré, il soulignait qu'"une société qui ne rit pas, c'est une société qui est morte."



Patrick Chappatte

07.01.2015Propos recueillis par Amélie Revert
Patrick Chappatte

C'est toute la profession des dessinateurs qui est touché. Pour le Belge Philippe Geluck, « c’est toute la presse, c’est toute la liberté d’expression qui est blessée. C’est un journal qui est mis à terre, c’est extrêmement grave ce qui ce qui se passe. C’est de l’ampleur du 11 septembre à New York, le signe qui est envoyé, c’est un signe de guerre », répondait-il à RTL. 

Témoignage de Pierre Kroll, dessinateur belge

08.01.2015Interviewé par Mohamed Kaci
Témoignage de Pierre Kroll, dessinateur belge

Quant au dessinateur algérien Dilem, qui publie régulièrement ses dessins sur TV5MONDE, rappelle sur le site internet RFI l'essence de son métier "il y a des gens qui croient qu’en exterminant ces dessinateurs, ils vont en finir avec la libre expression ou avec des gens qui peuvent s’exprimer en disant qu’il n’y a rien de grave, d’absolument sérieux. Un crayon n’a jamais tué personne. Une blague n’a jamais fait de mal à personne." 

Hommage des dessinateurs francophones et du monde entier



A leur façon chacun a voulu rendre hommage à la liberté de ton des dessinateurs phare du journal satirique comme Charb dont le dernier dessin (ci-dessous) avait été publié dans Charlie Hebdo. Tristement prémonitoire...
©Charb
©Charb

Le dernier dessin de Cabu avait été publié dans le Canard enchaîné

L'ultime dessin de Cabu, dans le Canard d'aujourd'hui... #ChalieHebdo pic.twitter.com/OkymlgWhKO

— Stéphane Joby (@SJOB) 7 Janvier 2015


Leur disparition a décapité le journal satirique qui paraîtra, malgré tout, mercredi prochain, publié à un million d'exemplaires. Ci-dessous, des Unes mémorables du journal.