Chine : 3000 milliards évaporés

©TV5MONDE/Karine Barzegar

Les marchés européens sont rivés à la crise grecque, mais il y a un krach boursier qui sème la panique en Asie: c'est celui de la chine. Les places de Shangaï et de Shenzen sont en déroute, elles n'arrêtent pas de dévisser depuis trois semaines. Alors que se passe-t-il exactement?

dans

C'est une énorme correction, parce que la bourse chinoise a vu trop grand. Elle a gonflé de 150% sur un an. Les autorités cherchaient du capital pour développer l'économie locale. Les particuliers ont répondu présents, ils ont acheté des actions a tour de bras, même en s'endettant pour le faire.

90 millions de chinois se sont mis à boursicoter. Et quand il s'est agi de freiner leurs ardeurs pour éviter l'emballement, il était trop tard. Le renversement a été brutal, les gens se sont mis à vendre pour récupérer leur mise et payer leurs dettes. Mais ils l'ont fait tous en même temps, on a assisté à a un sauve qui peut. Et en trois semaines, la bourse chinoise a perdu 30% de sa valeur, soit plus de trois mille milliards de dollars, une douzaine de fois le PIB de la Grèce.

Quelles conséquences pour notre économie?

Le krach n'est pas encore sous contrôle, malgré l'intervention des autorités, et il fait trembler toute l'Asie. La bourse de Hong- Kong est touchée, celle de Tokyo très inquiète. Même Delhi est affecté.

Le plus grand danger serait que cette crise boursière impacte l'économie réelle de la Chine. Ce n'est pas le cas jusqu'ici. Mais si cela devait se produire: sachant que la Chine est le deuxième moteur de croissance du monde, derrière les Etats-Unis, il est sûr que l'Europe fléchirait. Et cela bien plus que sous les coups de butoir de la crise grecque.

A lire sur le site de nos partenaires de la RTBF