Climat : le divorce Français ?

L'enjeu climatique n'est pas perçu comme prioritaire selon le résultat de cette enquête
L'enjeu climatique n'est pas perçu comme prioritaire selon le résultat de cette enquête
(AP Photo/Jacques Brinon, File)

A peine 13 % des Français considèrent que l'enjeu climatique est une priorité, et 75 % considèrent que la conférence COP21 n'a pas ou peu de chances d'aboutir à un accord. L'enquête sème le trouble. Mais la résistance s'organise.

dans

Sale temps pour le climat. Selon la dernière enquête de l'institut BVA réalisée pour Place to B, l'enjeu climatique est perçu comme prioritaire par seulement 13 % des Français, loin derrière la lutte contre le chômage (60%) la lutte contre le terrorisme (41%) et la défense du pouvoir d'achat (36%).

Est-ce un désaveu pour les politiques en charge du brûlant dossier ? Pas exactement puisque 67 % des sondés déclarent ne pas avoir confiance en la capacité de  l'homme à préserver la planète. Bigre.

Mais quid de la conférence internationale prévue en fin d'année, vous savez bien,  celle  qui doit aboutir à un accord international sur le climat permettant de contenir le réchauffement global en-deçà de 2°C  ?  Et bien, là aussi, bonjour le pessimisme : 75 % considèrent que la COP 21 a peu ou pas de chances d'aboutir à un accord.



Alors, faut-il renoncer ?  "Pas question !" affirme avec force Anne Sophie Novel. Cette docteure  en économie,  journaliste férue d'écologie et de développement durable lance  Place to B.

Il s'agit pour l'heure d'un site Internet mais qui demain, pendant la Cop21, sera un lieu de rencontre gare du Nord à Paris, sur la ligne B du RER qui mène au Bourget,  où se tiendra la conférence internationale.

L'endroit devrait accueillir près de 600 bloggers, journalistes et autres artistes. Il proposera, entre autres,  des conférences de presse, des points d'étape sur les négociations mais aussi des moments de convivialité (films, concerts, soirée thématique...) Anne Sophie Novel ambitionne de "construire un nouveau récit, à la fois porteur d'espérance et ancré dans la réalité".
Entretien avec une activiste climato-optimiste.

"Le climat est un sujet anxiogène souvent difficile à traiter dans les médias" constate Anne-Sophie Novel
"Le climat est un sujet anxiogène souvent difficile à traiter dans les médias" constate Anne-Sophie Novel
(DR)

Cela vous étonne ce pessimisme français, doublé d'un certain fatalisme ?
Non. Cela confirme ce que l'on a déjà observé dans d'autres études. Par exemple, concernant les dernières élections,  l'environnement arrivait vraiment derrière toutes les autres préoccupations. Mais il n'y a pas non plus un désintérêt fondamental . Des signes montrent que  si l'on s'y prenait un peu différemment, on pourrait raconter autre chose et les intéresser autrement.

Il y a du travail  : 75% des personnes interrogées pronostiquent un échec de  COP21 !

Nous n'avons plus de vision sur ces grandes rencontres internationales. On a vu ce qui s' est passé à Copenhague, par apport à ce sommet qui était présenté comme celui de la dernière chance et qui n'a abouti à rien... Les gens n'ont plus d'illusions mais cela ne veut pas dire qu'ils ne veulent pas agir !

Avec Place to Be, vous vous êtes fixé quoi comme obligation de résultat ?
L'idée, c'est de créer un QG pendant la COP21, qui va se nourrir de la dynamique que nous sommes en train de créer en ce moment et qui pourra ensuite perdurer. L'idée c'est d'agréger tous ceux qui sont concernés par ces questions  (journalistes, graphistes, dessinateurs, musiciens...) et de mettre leur compétence au service de la cause . De cette mise en relation va naître -en principe- des contenus à destination des médias et du grand public, un peu comme le fait le Guardian en ce moment.

Un internaute qui irait sur votre plate-forme,  que lui proposez vous ?

Aujourd'hui, le site explique ce que nous faisons mais le prochain site web sera en ligne au mois de septembre. Mais  quand les gens nous contactent, nous leur proposons de s'inscrire à la liste de diffusion (nous avons des groupes de travail sur Facebook) et nous partageons toutes nos actualités.  Après nous classons les gens qui viennent à nous par compétence, en fonction de leur désir de porter un projet artistique ou médiatique. En avril, nous lançons des ateliers de travail pour définir ensemble la programmation et voir qui peut faire quoi. Cela reste une logique très ouverte et collaborative.

 



Pour en savoir plus : http://placetob-cop21paris.com
Twitter : @Cop21placeToB