Collection de dessins inuits : un trésor inestimable au Musée canadien de l'histoire

Reportage dessins Inuits
Reportage : C. François - P-P. Rouleau - B. Deschênes

Le Musée canadien de l'Histoire, situé à Gatineau, tout près de la capitale canadienne, vient d’acheter une collection exceptionnelle de 1842 dessins Inuits qui date de 1964. Un témoignage fascinant des conditions de vie de ce peuple qui était alors en pleine transition entre le nomadisme et la sédentarisation…

dans

L’histoire d’une aventure

C’est à un professeur d’art que l’on doit cette collection unique en son genre. En 1964, Terrence Ryan est conseiller résident en art dans un studio de Cape Dorset. Il voit autour de lui les changements qui affectent les populations autochtones, l’abandon progressif du nomadisme pour la sédentarisation, l’installation dans des villages, etc. Il décide donc d’organiser une expédition en traîneau à chiens dans l’extrême nord de l’île de Baffin pour aller à la rencontre des communautés Inuits qui y vivent. Et il a l’idée géniale de demander à tous ceux qu’ils rencontrent de lui faire un dessin. Il donne papier et crayon aux enfants, adultes, vieillards. Certains d’entre eux vont dessiner pour la première fois de leur vie. Terrence Ryan récolte ainsi 1842 dessins réalisés par 159 personnes. L’aventure dure quatre mois.

Pendant des décennies, les dessins dorment dans des boites chez Terrence Ryan. Il vient de décider de s’en départir en vendant les dessins au Musée canadien de l’Histoire, moyennant un million de dollars. Bianca Gendreau, l’une des gestionnaires de l’institution, prend soin de m’expliquer : « Pour nous, ce n'est pas uniquement la valeur monétaire et la valeur artistique, ce qui est super important avec ces œuvres, c'est leur valeur documentaire, c'est la valeur d'information pas uniquement pour nous mais aussi pour les communautés Inuits parce que souvent ces œuvres dépeignent des choses qui ont disparu, des activités qui n'existent plus donc c'est vraiment un lien avec leur passé ».


 
Un testament collectif en quelque sorte d’une époque qui n’existe plus. Dessins de scènes de chasse au phoque, de pêche à la baleine, représentations de la vie quotidienne dans les tentes ou les igloos, illustration de traîneaux à chien, le principal moyen de transport des Inuits dans ces années-là, autant de précieux témoignages à la portée historique indéniable aujourd’hui.
« C'est vraiment un moment fixe dans le temps, ces œuvres-là sont finalement une bibliothèque d'art et de documentation sur la vie, les connaissances les croyances du peuple inuit... Ces dessins documentent non seulement une évolution de l'expression graphique mais aussi ce sont des documents des témoignages ethnologiques extrêmement importants pour nous » déclare Bianca Gendreau.  
 
« Ces dessins témoignent non seulement de ce mode de vie traditionnel, mais aussi du début d’un profond changement, a précisé Terrence Ryan. Je suis fier que cette collection vienne enrichir celle du Musée canadien de l’Histoire, car un plus grand nombre de personnes pourront les admirer tout en s’instruisant ».

Un peuple d’artistes

Chacun des dessins est signé par son auteur et le Musée dispose de notes sur chacun des auteurs. Certains d’entre eux sont d’ailleurs devenus des artistes. L’art inuit est très spécifique et très recherché dans le monde. On retrouve dans ces dessins ce qui caractérise cet art, la façon de reproduire les animaux, les scènes de la vie quotidienne, etc.
Les spécialistes du Musée sont en train de recenser  les dessins, les rentrer dans la base de données de l’institution, les photographier et les préserver pour la postérité... Un travail de moine qui va durer au moins un an m’explique Bianca Gendreau : « Cela va permettre de  conserver ces dessins dans les meilleures conditions possibles à tout jamais et ensuite de les rendre disponibles pour d'autres musées ou des communautés qui désireraient les emprunter parce que c'est ça qu'on voudrait essayer d'établir, c’est aussi la mission de notre musée. »
 
Le musée espère également organiser dans un avenir proche une exposition pour que le public puisse à son tour admirer ce trésor si longtemps caché…