Contre l'exclusion, des initiatives pour aider les sans-abri à passer l'hiver

(@Twitter)
(@Twitter)

L'hiver est là, qui rend les sans-abri particulièrement vulnérables dans un univers urbain toujours plus hostile. Les bancs grillagés à Angoulême ou les "pics de la honte" à Londres ou à Montréal montrent combien ils sont indésirables pour les commerçants, les riverains, les municipalités... Comme un antidote à l'exclusion, certains citoyens imaginent des solutions ingénieuses pour venir au secours de ceux qui, dans la rue jour et nuit, luttent contre le froid.

dans
En France, la municipalité d'Angoulême grillage ses bancs publics un soir de réveillon ; à Paris, comme dans beaucoup d'autres grandes villes, les bancs du métro font place à des sièges individuels ; à Londres ou à Montréal, des pics en fer surgissent du sol ; à Argenteuil, la mairie a tenté la diffusion d'un répulsif nauséabond. Un peu partout dans le monde, alors que les arrêts anti-mendicité ont révélé leur inefficacité, les espaces publics se hérissent de briques posées de biais, de fausses décorations ou de galets protubérants pour éloigner les sans-abri, tandis que l'on supprime peu à peu les toilettes publiques.

Ces méthodes d'exclusion ne sont pas nouvelles, même si elles indignent une grande partie de l'opinion, des élus et des urbanistes. Cela fait des années qu’au détour des places et des rues, dans tous les pays qui se disent "développés", les digues anti-pauvreté se multiplient, autant de dispositifs rivalisant d'ingéniosité pour empêcher les passants de s'attarder, et les sans-abri de s'allonger pour dormir quelques heures. Mis en évidence par différents projets, dont des compilations de photos, comme celle du collectif "Survival Group", ces inventions sont aussi répertoriées dans des Tumblr comme "Urbanisme inhumain".
Pics anti-SDF à Miami, aux Etats-Unis (@Twitter)
Pics anti-SDF à Miami, aux Etats-Unis (@Twitter)


Comme une forme de résistance à la déshumanisation de l'espace urbain, d'autres initiatives, au-delà de l'ouverture d'espaces chauffés, comme le métro ou des hangars, tentent ouvertement de faire contrepoids aux dispositions anti-SDF. Nés en Amérique du Nord, comme le manteau transformable en sac de couchage ou le banc modulable pour servir d'abri, ces projets trouvent un écho positif en Europe.

L'hiver dernier, une association de Vancouver, au Canada, installait des bancs "de transit" conçus pour les sans-abri. Autant de refuges temporaires et modulables destinés à protéger des intempéries. Des messages imprimés sur les bancs invitaient les SDF à prendre contact avec l’association Raincity (en anglais) pour espérer dormir ailleurs que sur une planche. Un coup de pub de l'association ? Certainement, puisque les bancs ont été retirés par la suite, mais mission accomplie pour Raincity, qui communique sur le fait que la ville de Vancouver pourrait faire "beaucoup mieux pour venir en aide aux sans-abri" et qu'elle-même souhaite désormais "investir dans des logements en dur", selon son directeur de la communication.
Jour : “Ceci est un banc“ <br/>Nuit : “Ceci est une chambre“<br/>(© Konbini)
Jour : “Ceci est un banc“
Nuit : “Ceci est une chambre“
(© Konbini)

Distribués aux Etats-Unis depuis plusieurs jours, les premiers manteaux-duvets ont été imaginés par une styliste de Detroit, la ville en faillite, avec son cortège de misère sociale. Isolants, imperméables, résistants, ils permettent aux sans-abri de se déplacer facilement et au chaud, mais aussi, avec de simples adaptations, de dormir dans la rue sans risquer l'hypothermie. Fabriqué par les SDF eux-mêmes, employés par l'association The Empowerment Plan (en anglais), ils sont distribués pour la première fois en France ce 27 décembre, via l'association Femmes de demain et les municipalités. Objectif : 4000 manteaux-duvets distribués en France cet hiver.

Bien sûr, c'est la cause du problème de société qu'il faudrait traiter, davantage que les symptômes de la pauvreté. Reste que ces initiatives, cet hiver, pourront sauver des vies. Elle n'ont beau être qu'un pansement sur le mal, peut-être feront-elles aussi naître un autre état d'esprit chez ceux qui, jusqu'à présent, ont joué la carte de l'exclusion.
Distribution de manteau-duvet à Detroit, aux Etats-Unis (@The Empowerment Plan)
Distribution de manteau-duvet à Detroit, aux Etats-Unis (@The Empowerment Plan)