Info

COP21 : la peur de l'échec

©TV5MONDE/propos recueillis par Marian Naguszewski

A trois mois de la conférence Paris 2015, la crainte d'un nouvel échec sur un accord perdure. Que faut-il donc faire pour combattre le réchauffement climatique ? La philosophe Cécile Renouard et Bruno Lamour, du collectif Roosevelt, tentent de répondre à la question.

dans
"Il y a des risques d'échec." Lors de sa sixième conférence de presse présidentielle, ce lundi 6 septembre, François Hollande a prévenu : "il n'y aura pas d'accord (...)  s'il n'y a pas d'engagement ferme sur les financements". Le président français espère la signature d'un préaccord sur cette question. Ainsi,  les chefs d'Etat arriveraient à la COP21 en ayant la certitude qu'un accord final est enfin  trouvé.

A 80 jours de l'échéance, l'incertitude plane toujours après des négociations infructueuses en Allemagne.

Cécile Renouard, philosophe et religieuse, reste optimiste. Elle estime que même si les discussions avancent au ralenti, les prises de consciences, notamment des acteurs économiques, sont de plus en plus fortes.

Pour Bruno Lamour, auteur de Stop au dérèglement climatique et président du collectif citoyen Roosevelt, une prise de conscience collective planétaire est impérative pour aboutir à un accord. Selon lui, il ne faut donc pas faire peur aux gens, mais leur expliquer les solutions car les questions sociales et climatiques sont liées. Il ajoute que le monde ne pourra pas se contenter d'un "petit accord" en décembre.